Afrique

Escale à Zanzibar

22 mars 2017
Il me semblait impensable d’aller en Tanzanie sans conclure notre séjour par une escapade à Zanzibar. Cette île, j’en rêvais depuis tellement d’années ! Stone Town et ses vieux quartiers, dont mon amie Catherine m’a dit tant de bien, m’intriguait particulièrement. J’avais aussi envie de repos à la plage et de voir « en vrai » le restaurant The Rock, aperçu tant de fois dans les magazines et sur les réseaux sociaux.
Où loger ? Quand on rêve d’un endroit depuis aussi longtemps, on veut mettre toutes les chances de son côté pour rencontrer ses attentes. C’est pourquoi j’ai passé un temps fou à fouiner sur les sites des hôtels, de commentaires et des comparateurs comme Trivago. Une ancienne maison de marchands indiens ou celle où vivait jadis un conseiller du sultan ? Un charmant hôtel boutique ou un établissement d’une chaîne reconnue ?
Sachant que nous aurions envie d’un peu de confort après une semaine en safari, j’ai opté pour un hôtel quatre étoiles, le Maru Maru.

Bienvenue à Stone Town

« Le wifi fonctionne très bien », me glisse une Allemande rencontrée à l’aéroport, qui vient régulièrement dans les parages pour le boulot. Ça tombe bien : j’ai pas mal de pain sur la planche. Moi, en vacances ? Pas tout à fait…
Il suffit de pousser la porte de notre chambre pour savoir que nous aimerons follement cet endroit. Tout est impeccable et nous avons la clim’. Après plus d’une semaine sans, nous apprécions ce luxe. Idem pour la salle de bain !

Notre chambre du Maru Maru

Par la fenêtre

Le buffet du petit déjeuner s’avère copieux et varié. À proximité de tout, nous pouvons facilement sortir nous balader à pied ou trouver un restaurant quand la faim se fait sentir.
Sur la terrasse avec vue sur la vieille ville, sur le toit de l’hôtel, je plonge dans les corrections de mon récit de voyage Cartes postales du Canada, qui sera publié chez Michel Lafon en avril, pendant que ma fille se baigne dans la piscine. Impossible de ne pas sourire en relisant mon chapitre sur Winnipeg en hiver alors qu’il fait plus de 30 degrés là où je me trouve !

Maru Maru

La terrasse du Maru Maru

La piscine sur le toit du Maru Maru

Coucher de soleil sur la terrasse du Maru Maru

Une visite guidée nous permet, le lendemain, de nous promener dans les dédales de la ville sans nous perdre. Maya supportant mal la chaleur, nous l’écourtons pour retrouver notre cocon. Voyager avec un enfant implique aussi quelques compromis et c’est très bien ainsi : elle me force à freiner mes réflexes de chroniqueuse toujours en quête de découvertes. Non, voyager avec moi n’est pas spécialement reposant !
Dans le lobby, le matin de notre départ, un Tanzanien d’origine indienne vivant à Mumbai depuis près d’un demi-siècle m’aborde. Fébrile, il me raconte être venu en vacances sur l’île qui l’a vu naître pour la première fois depuis son expatriation. « Ici, il y avait un bibliothèque », me dit-il. L’émotion est palpable. Je le salue et monte à bord du taxi qui nous emmènera à Jambiani.

Cap sur Jambiani !

Nous quittons l’hôtel à regret, mais nous nous réjouissons à l’idée de retrouver la plage dans une toute petite heure. Cette fois-ci, j’ai opté pour un établissement plus modeste, mais dont l’engagement écologique a tout de suite attiré mon attention. Le Red Monkey Lodge a aussi la réputation d’être très calme et c’est exactement ce dont nous avons besoin avant de rentrer au bercail !
Ici, les meubles sont fabriqués à partir de boutres recyclés et une fontaine permet aux voyageurs de remplir leurs bouteilles d’eau purifiée. Des singes rouges vivent aussi dans les parages.

Red Monkey Lodge

Situé à l’extrémité sud du village de Jambiani, le Red Monkey Lodge n’est cependant pas l’endroit où aller si vous détestez les algues puisqu’on en fait la culture. À peine arrivées, nous nous jetons tout de même dans l’eau, traversant l’épais tapis d’algues en courant. L’eau est aussi chaude que celle de ma baignoire !
Quand nous sortons, Maya fait la connaissance d’une fillette de son âge. À Zanzibar, où 95% de la population est musulmane, même les gamines portent le voile. Celle-ci se sert du sien pour attraper les crabes sur la plage. Les nouvelles copines s’amusent pendant deux bonnes heures en communiquant par gestes.
Une école de kitesurf étant voisine de notre hôtel, nous observons aussi les adeptes filer sur l’eau cristalline à différents moments de la journée.
Le lendemain, après avoir partagé une gigantesque assiette de fruits de mer au restaurant The Rock – plutôt bon, mais j’ai dû renvoyer notre homard presque cru en cuisine -, nous tombons sous le charme de la plage Paje, qui se trouve à une vingtaine de route du Red Monkey. Nous y retournerons le lendemain matin tant nous aimons l’endroit, alternant entre baignades, promenades et pauses dans les cafés et restaurants. Je vous laisse deviner pourquoi…

Plage Paje

Oui, Paje a des airs de paradis.
Le matin de notre départ, des singes rouges viennent nous saluer alors que nous attendons Abdul, notre chauffeur, qui doit nous emmener à l’aéroport. Nous avons eu la chance de faire la connaissance de son fils la veille, mais là, c’est toute la famille que nous rencontrons ! Je suis touchée. Il accepte que je les photographie.

Un singe rouge peu farouche

Bien que la plage de Paje soit exceptionnelle et plus animée que Jambiani, je me suis prise d’affection pour ce secteur paisible de l’île. J’y ai rédigé tranquillement un reportage pour Avenues.ca en regardant les femmes aller planter des algues et les élèves de l’école de kitesurf se livrer à leurs prouesses, depuis le restaurant. La nuit venue, j’ai dormi comme un bébé, réveillée de temps en temps par les bruits de la forêt, mais jamais par des humains. Oui, l’île aux épices a rempli ses promesses.
P.S. : Reportage plus complet bientôt dans la section Partir d’Avenues.ca !
P.P.S.: Merci pour les conseils, Catherine !

À lire également : Du cratère du Ngorongoro au village massaïDormir sous la tente en plein coeur du SerengetiTanzanie : du lac Manyara au lac NatronSur les routes du nord de la TanzanieTanzanie, nous voici !Partir en safari: que mettre dans le sac à dos ? et mon reportage sur Avenues.ca.

Pour (re)voir la chronique à Salut Bonjour Week-End sur la Tanzanie, par ici !

Pour (ré)entendre ma chronique aux Éclaireurs sur les safaris, par là !

Suivez-moi sur TwitterFacebookInstagram et Snapchat (@Technomade) !

Vous pourriez également aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :