EnTransit.ca Europe Gourmandise Suisse

Huit raisons gourmandes de visiter la Suisse

11 décembre 2013

 

Pour certains, c’est le pays du chocolat. Pour d’autres, celui du fromage. Peu importe ce qui vous fait saliver, vous découvrirez que la gastronomie suisse va au-delà de ces clichés… même s’ils ne sont jamais bien loin (et qu’on aime les savourer!).

1- La fondue au fromage

Un grand classique. On la mange simplement avec pain et pommes de terre. Les Fribourgeois préfèrent généralement celle au Vacherin, mais comme plusieurs, j’ai craqué pour la moitié-moitié, qui inclue aussi du Gruyère. Ce qui m’amène au deuxième point…

2- Le Gruyère AOC

6a00e54f9164528834014e89699fbe970d

Première leçon de ce voyage en Suisse: le gruyère n’a pas de trous. Et vlan les savants! C’est plutôt l’emmental qui en est doté, à cause du procédé de fermentation. Pour tout savoir sur ce fromage typiquement suisse (mais pas le plus populaire, le mozarella est en tête de liste à cause de l’amour des Suisses pour la pizza!), rendez-vous à La Maison du Gruyère... à Gruyères. Parenthèse: seule la ville s’écrit avec un «s». Par ailleurs, «AOC» – appellation d’origine contrôlée – est utilisé afin de protéger le produit et de s’assurer qu’il provient bel et bien de la région. À découvrir: La Route du Gruyère AOC.

3- Le chocolat 

6a00e54f916452883401538f764062970b

Il y a bien sûr Cailler, plus ancienne marque de chocolat suisse, qui appartient aujourd’hui à Nestlé. Mais mon coeur penche plutôt vers Villars. Fondée en 1901, la Fabrique de chocolat propose des saveurs comme «Absinthe» (j’ai détesté à cause du goût anisé), «Kirsh» (miam!), À l’ancienne, avec des éclats de bricelets caramélisés (un délice!) et larmes d’Edelweiss (que je n’ai pas goûté et je le regrette). Sans oublier l’incontournable Lindt, bien sûr.

4- La meringue accompagnée de crème double

6a00e54f9164528834014e89699977970d

Le bonheur est désormais pour moi nappé de crème double. N’ayant subi aucune transformation, elle reste d’une douceur infinie. D’une richesse infinie (ou presque), aussi, puisqu’on parle quand même d’une crème à 40 à 45 %. Dégustée avec des fraises et la meringue cuite au four à bois, croustillante là où il faut, on parle carrément de paradis. Ou de péché…

5- La raclette

6a00e54f9164528834014e89699e1a970d

Encore du fromage? Pourquoi croyez-vous qu’on voit autant de vaches dans les brochures touristiques? Ici, on ne badine pas avec le fromage utilisé pour la raclette. Dans le Valais, l’un d’eux est particulièrement prisé: celui de Tourtemagne. Contrairement aux fours qu’on nous vend au Québec, en Suisse, on racle littéralement le fromage fondu pour le déguster avec des pommes de terre, des oignons, des cornichons… Miam!

6- Les bricelets

6a00e54f9164528834014e8969943f970dMama mia! Je ne parle pas allemand, mais diantre! ces délices méritent que je déploie mon vocabulaire italien (m’en reste un autre: ciao!, mais je le garde pour plus tard les bambinos – ah! tiens, un autre!). Imaginez une gaufre bien écrapoutie. Pas très ragoûtant, dit comme ça, mais vous voyez ce que je veux dire: les bricelets sont fins, parfois plats, parfois roulés. Tantôt salés, tantôt sucrés. Et ils contiennent de la crème double. Ai-je besoin d’en rajouter? Ah! Vous pouvez me voir en faire ici. Recette en prime!

7- Les vins et les liqueurs

Capture d’écran 2013-12-11 à 14.10.40
On ne connaît pas très bien les vins de Suisse ici parce que rares sont les bouteilles qui se frayent un chemin jusqu’à notre succursale de la SAQ. L’exploitation étant réduite, la majorité de la production est consommée par les Suisses. Je peux toutefois vous dire pour avoir goûté de mes papilles goûté qu’on gagne à les découvrir sur place. Mention spéciale à l’eau-de-vie Poire à Botzi, une spécialité fribourgeoise.

8-  Le macaroni de montagne (ou «du chalet»)

6a00e54f916452883401543349831c970c

Banales pâtes nappées de fromage? Que nenni! Riche à souhait, on accompagne ce macaroni contenant pommes de terre, lardons, fromage et crème d’une compote de pommes. Je vous l’accorde: on est loin du raffinement. Mais après une randonnée dans les Alpes, avec les pics enneigés en toile de fond, c’est tout à fait dans le ton.

(Une première version de ce billet a été publiée sur le défunt blogue EnTransit.ca le 27 mai 2011.)

Ce voyage a été réalisé en 2011 suite à une invitation de SWISS International Airlines et de Suisse Tourisme

À découvrir également: Cinq choses que j’ai apprises sur la Suisse, Chocolat show, En classe affaires avec SWISSPar les sentiments (hum! hum!), Chef MJ (avec la recette de bricelets fribourgeois et plein de photos cochonnes), La Suisse de James Bond.

Vous pouvez me suivre sur TwitterFacebookInstagramGoogle+ et YouTube.

Vous pourriez également aimer

3 Commentaires

  • Répondre Benoit(novomonde) 16 décembre 2013 - 21 h 46 min

    Je rajouterais volontier la croute au fromage (à déguster sur les pistes de skis) et tous les autres fromages à pate dure (je dirais que chaque vallée de montagne a son fromage, il n’y a pas que le gruyère 😉 )… Si tu as l’occasion, va directement à l’alpage en automne pour acheter du fromage fait avec le lait des vaches qui ont mangés tout l’été l’herbe de l’alpage… c’est une sacrée experience! C’est le meilleurs fromage qu’on peut trouver en Suisse mais il faut souvent monter en montagne pour en trouver…

    • Répondre Marie-Julie Gagnon 16 décembre 2013 - 21 h 51 min

      J’adore l’idée de devoir gravir une montagne pour trouver le meilleur fromage. 🙂 Merci!

    Répondre à Marie-Julie Gagnon Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :