États d'âme Réflexions

2018 sur trois continents (et la recherche d’une nouvelle planète)

28 décembre 2018

Qui dit fin d’année, dit bilan. L’exercice me permet chaque fois de mesurer le chemin parcouru et de mieux tracer mon « itinéraire » pour l’année qui vient. Alors, 2018 ? Observations et réflexions dans le désordre.

Si l’année 2017 a été celle de la prise de conscience, 2018 a clairement été celle de la prospection. J’ai évoqué en début d’année mon désir d’évoluer lentement vers autre chose. Pas que je n’aime pas mon gagne-pain : au contraire, écrire et parler de voyage sera toujours une grande passion et je ne m’imagine pas arrêter de le faire, du moins complètement. Je n’aurai jamais non plus la prétention de dire que j’ai fait le tour de quoi que ce soit, qu’il s’agisse de la planète ou de l’un de mes terrains de jeux. Mais le contexte évoqué dans ce billet reste le même et les choses n’iront pas en s’améliorant. Non, le journalisme à la pige ne m’apparaît pas comme un métier d’avenir (et je ne suis pas la seule à en avoir parlé cette année).

À partir de ce constat, je peux continuer à bouder dans mon coin et me complaire dans la nostalgie ou me retrousser les manches et continuer à chercher un nouveau carré de sable et des gens chouettes avec qui construire d’autres sortes de châteaux. L’idée d’une nouvelle planète n’est pas sans me déplaire (même si je préfère suivre les aventures de David Saint-Jacques à distance plutôt qu’aller moi-même dans l’espace – t’sais, l’altitude pis toute). C’est pourquoi j’ai passé 2018 à observer, étudier, réfléchir, tester et rencontrer des personnes inspirantes pour tenter de mieux cerner ce que j’ai envie de faire au cours des prochaines années.

Deux choses m’apparaissent très claires : je veux continuer à travailler avec des gens qui me tirent vers le haut et je ne souhaite pas jeter par-dessus bord mes 24 années d’expérience dans le domaine des médias (25, si l’on considère mes premières publications avant la fin de mes études dans La Jeune Presse et Filles d’aujourd’hui, deux tribunes qui n’existent plus).

Une autre évidence s’est imposée, alors que je repensais aux moments marquants de ma vie professionnelle : j’adore être sur le terrain, mais j’aime tout autant travailler avec ceux qui y sont. Trouver et échanger des idées, polir des angles, jouer avec la forme et mener des troupes non pas à la guerre, mais bien à la fête (!), font partie des choses que j’ai particulièrement aimées de mes expériences de rédactrice en chef, mais aussi de directrice de projets, officielle ou non.

Par ailleurs, j’ai beau aimer travailler en solo, je crois profondément au travail d’équipe. Paradoxal ? Les deux m’apparaissent plutôt complémentaires.

2018, une année aux projets variés

J’ai toujours aimé aller là où l’on ne m’attend pas et ce qui a sans doute le plus surpris cette année est ma participation au livre d’Olivier Primeau sur l’entrepreneuriat. À une époque où certains critiquent la prolifération de biographies, moi, je vois plutôt l’opportunité de continuer à gagner ma vie en faisant ce que j’aime le plus, soit raconter des histoires. C’est aussi une merveilleuse manière d’explorer d’autres forme d’écriture en me libérant du poids des attentes et d’aller plus loin que les courts portraits qu’on a l’habitude de brosser dans les magazines.

Après Parce que mon père est riche, j’ai plongé beaucoup plus facilement que je l’aurais cru dans dans l’aventure d’Histoires de filles en sac à dos, livre composé de trois romans réalisé avec Nadia Lakhdari King et Mélanie Leblanc aux Éditions Goélette.

Même si Comme tout le monde, mon histoire dans le collectif, est très courte (20 000 mots), l’écrire en moins de trois mois tout en poursuivant mes collaborations dans les médias a constitué un défi de taille. J’avais bien publié des albums pour enfants – les quatre tomes de Lily Têtue -, mais aucun texte de fiction aussi long. Je suis très fière du résultat, dont l’objectif premier reste de faire sourire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Tadam!!! Après avoir publié des albums pour enfants, des récits, des guides de voyage et travaillé sur des biographies, je réalise aujourd’hui mon plus vieux et plus grand rêve: publier un roman. Oh! Il est très court, hein, mais pour moi, parvenir à écrire le mot «fin» est déjà un exploit. 📖 . «Comme tout le monde» fait parti du collectif «Histoires de filles en sac à dos», dans lequel vous trouverez aussi des romans savoureux et plein d’humour signés @nlakhdariking et Mélanie Leblanc (alias @on.est.ou). 🎒 . Ceux qui me connaissent savent à quel point écrire de la fiction me terrorisait. Les faits, pour quelqu’un qui a passionnément aimé le journalisme, sont rassurants. Et puis, comment arriver à être à la hauteur d’un projet qu’on a si longtemps rangé dans un coin de sa tête en disant «un jour»? En vieillissant, les grands rêves prennent encore plus d’expension et en viennent à faire aussi peur que les monstres qui se cachaient sous notre lit, enfant.🧟‍♂️ . Pourquoi j’y suis arrivée cette fois-ci? D’abord parce que je n’ai pas réfléchi quand on me l’a proposé. Aussi à cause du format. Et puis, avoir un thème permet d’avoir des balises (que je perçois comme des bouées). J’ai, de plus, imaginé une héroïne avec qui je n’ai rien en commun, à part la couleur des chaussures de course et du sac à dos. Quel sentiment de liberté de ne pas être soi! Le fait d’avoir deux «colocs» de livre m’a également enlevé une pression ÉNORME.✍🏻 . Bref, je suis très contente de ne pas avoir écouté la voix de la raison, qui m’a fait entrevoir le précipice dans lequel je m’apprêtais à me jeter les heures après avoir dit oui.💃🏻 . Pour moi, ça reste beaucoup plus qu’une courte lecture de vacances dans un collectif: c’est un pas de plus vers ce rêve qui me tend les bras depuis l’enfance. 🤓 . Un livre écrit avec un énorme sourire au visage… et une envie folle de récidiver. En librairie le 31 octobre! 🕺🏻 . Note à moi-même: dans les moments de vertige, me rappeler que j’ai quelques kits d’ailes de rechange si l’une se brise en cours de vol. Non seulement j’arrive toujours à planer, mais je prends un plaisir fou à contempler le vide une fois là-haut. ❤️ #writersofinstagram

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

La fiction est clairement une piste que je souhaite continuer à explorer au cours des prochaines années. Il n’est toutefois pas question de me confiner à un seul genre. On ne se refait pas…

Plus de moments en famille

En 2017, ma fille, alors âgée de 11 ans, m’a demandé de passer plus de temps à la maison, mes absences lui pesant de plus en plus. J’ai refusé de belles opportunités au cours des mois suivants (allô, Bali et la Polynésie française !), mais je n’ai pas regretté une seconde d’avoir passé plus de temps avec les miens. Pouvoir emmener ma puce dans certaines destinations, par la suite, a grandement facilité la conciliation voyage-travail-famille.

Quelques exceptions en solo : 24 heures à Vancouver, quatre jours dans l’Aveyron pour le Salon des blogueurs de voyage, quatre jours en Ardèche et Rhône-Alpes pour découvrir des villages Huttopia…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

De retour à la maison après un voyage éclair en France pour @wearetravel_fr, où j’ai donné une conférence. __________ Encore une fois, l’événement m’a permis de revoir plein de gens que j’adore et de rencontrer d’autres blogueurs et représentants de l’industrie touristique franchement extras. Même si on a jamais le temps de parler avec tout le monde, le salon reste une merveilleuse occasion de retrouver cette belle famille de ❤️. __________ Cette année, c’est l’Aveyron qui a reçu les 250 blogueurs inscrits. Nous avons pu admirer le Viaduc de Millau sous différents angles, puisqu’on l’aperçevait aussi du Domaine Saint Estève, où nous étions logés. __________ Au-delà des stats impressionnantes (ex: la hauteur maximale est de 343 mètres, soit 19 mètres de plus que la Tour Eiffel), il en jette, ce viaduc inauguré en 2004! __________ #WAT18 #AveyronEmotion #France #jaimelafrance

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

À l’automne 2018, après discussions, j’ai décidé de reprendre peu à peu la route, en espaçant toutefois les séjours à l’étranger. En septembre, je suis retournée à Paris avec ma petite soeur, dont c’était le premier voyage outre-Atlantique. J’en ai profité pour faire quelques articles et assister à l’avant-première du film des copains Les Coflocs, Génération Tour du monde. Si vous ne l’avez pas encore vu, il faut absolument profiter des vacances de Noël pour le visionner !

En novembre, j’ai mis le cap sur le Maroc avec Terres d’aventure, en compagnie d’une bande de copines journalistes. J’ai entre autres publié des chroniques sur Avenues.ca : Escale à Marrakech, Les Étoiles du désert et Explorer la Vallée du Drââ.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

« Sur la Place des esclaves, tout près du Café des épices, un marchand mouille son doigt pour révéler l’éclat d’un rouge à lèvres fait de poudre de coquelicots. Dans la section des artisans, un menuisier sculpte une table de cèdre. […] Je suis fascinée par les moucharabiehs, qui permettent à la fois à l’air de mieux circuler et aux femmes d’observer le monde extérieur sans être vues. J’imagine une vie ciselée de moments dérobés à d’autres, comme une histoire dont on ne sera jamais vraiment l’héroïne. Je me demande si elles portent du rouge à lèvres de coquelicots… » . Un premier article sur le Maroc sur @avenues.ca : http://avenues.ca/chroniques/escale-a-marrakech/ 🇲🇦 . (Merci à @terresdaventure et @royalairmaroc) . #Maroc #terdav #marrakech #souk #medina

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Des Îles de la Madeleine à l’Europe

Après avoir pris part à de nombreuses tournées de presse au cours de la dernière décennie, organiser moi-même la plupart de mes escapades m’a permis de dénicher de multiples sujets de reportages rejoignant mes intérêts. Ainsi, à la fin de 2017 et au début de 2018, j’ai profité de notre voyage en famille au Sénégal pour combiner vacances et boulot, en collaboration avec Air FranceVillage Monde et Royal Malango Tours.

Redécouvrir le pays de mon mari d’un point de vue touristique a été franchement inspirant. Quel bonheur de voir enfin le Sine Saloum ! La visite de l’île de Gorée aura aussi été marquante et les coups de coeur, nombreux. J’ai notamment relaté ce voyage à l’émission Salut bonjour week-end.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Le grand fromager de Missirah. Il aurait plus de 1000 ans! #Sénégal #Toubakouta #AirFrance

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Début janvier, à peine de retour d’Afrique, j’ai pris le train pour La Tuque avec ma jeune assistante favorite afin de rédiger un article pour le blogue de Via Rail.

En avril, nous sommes allés découvrir Boston en famille avec Weekend Express, une agence de voyages de Lévis. Nous avons tous trois été conquis par cette ville charmante, qui se découvre aisément à pied, par les chaudrées de palourdes du Quincy Market et les visites guidées (non-obligatoires, mais franchement extras) ! Nous y retournerons sans hésiter.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

13,3 km (ou 21 453 pas) plus tard, à presque 2h du matin, je devrais déjà roupiller, non? Eh ben non. 🙄 #Boston #massachusetts #northend

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Nous sommes ensuite allées célébrer la fin des classes aux Îles de la Madeleine… en autobus. L’occasion de vérifier s’il pouvait être possible de séjourner dans l’archipel sans voiture. J’en ai parlé à l’émission de radio Les Éclaireurs et ici. J’ai étalement rédigé deux chroniques sur les îles pour Avenues.ca, dont l’une dans laquelle j’ai demandé aux Madelinots quels sont, selon eux, les trésors cachés de leur coin de pays.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

C’est déjà le temps de préparer mon sac pour de nouvelles aventures… Au programme des prochaines semaines: l’Irlande, l’Écosse, Londres, Paris, Annecy, Lyon et le Beaujolais. Départ dimanche! ✈️ _______ Je conclus cette série de photos des Îles de la Madeleine par ce coucher de soleil sur la Plage de la Dune du Nord. _______ À lire: mes deux chroniques sur les Îles sur @avenues.ca (dont l’une remplie de conseils de Madelinots) et un long texte sur les Îles sans voiture sur Taxibrousse.ca! _______ P.S.: En Europe, je suivrai notamment les traces de John Snow, de Jamie Fraser et de Harry Potter… 😉 Tout plein de reportages et de chroniques à venir! _______ #ilesdelamadeleine #fousdesiles #travelwriter

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Grâce à Air Transat et Rail Europe, je me suis rendue en Irlande, en Irlande du nord, en Écosse, à Londres, à Paris, à Annecy et à Lyon en privilégiant le train et avec, en tête, la littérature, le cinéma et les séries télé. Ma fille et moi avons effectué la première partie du voyage à deux, puis mon mari est venu nous rejoindre en Écosse pour la seconde partie.

Je n’ai pas encore eu le temps de terminer la rédaction de tous mes articles, alors c’est vous dire à quel point je suis parvenue à tirer profit de ces trois semaines de voyage !

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Comme plusieurs, je suis un peu (beaucoup) obsédée par Game of thrones. Comme je voyage avec ma fille et que les visites guidées consacrées à la série sont interdites aux moins de 18 ans, j’ai décidé de réserver une excursion vers la Chaussée des géants, en Irlande du Nord, qui incluait certains lieux de tournage de la série, comme The Dark Hedges ou, si vous préférez, Kingsroad. ______ Bien que les voitures y soient désormais interdites, il y avait quand même des twits qui passaient ou garaient leur bagnole n’importe où. Bien sûr, il était aussi impossible de prendre des photos sans touristes en arrière-plan. 🙄 ______ J’ai aussi pu voir le Château de Pyke (celui de la famille de Theon Greyjoy dans la série) et le lieu où ont été installé les décors du camp de Ranly Barathron (c’est là qu’on voit Brienne pour la première fois), à Larrybane, tout près du Pont de corde de Carrick-a-Rede, dans une ancienne carrière de calcaire qui est aujourd’hui… un stationnement. ______ Le cinéma et les séries télé vous donnent-ils envie de vous rendre dans les lieux de tournage vous aussi? ______ #GOT #experiencetransat #IrlandeDuNord

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Fans d’Outlander, reconnaissez-vous ces lieux? C’est à Falkland, en Écosse, qu’ont été tourné les scènes qui se déroulent à Inverness dans la série. ______ Sur la première photo, c’est l’auberge où s’arrêtent Claire et Frank dans la première saison. ______ La petite rue de la deuxième photo a été complètement transformée pour les besoins du tournage. On a par exemple remplacé les fenêtres et les portes. Comme il n’y avait pas de maison blanche à l’époque, celle du fond a été peinte, puis repeinte dans sa couleur actuelle. ______ Merci à @slaintescotland pour la visite guidée, c’était super! (À noter que celle à laquelle j’ai pris part était en anglais, mais qu’il est possible d’avoir des visites privées en français.) ______ Article à venir sur le blogue d’@airtransat. J’ai aussi tourné une petite vidéo pour résumer la journée. Bientôt sur ma page Facebook de Taxi-Brousse ==> facebook.com/montaxibrousse ______ #experiencetransat #slaintescotland #Outlander #Écosse

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Si vous êtes curieux :

J’ai en plus fait des chroniques à l’émission de radio Les Éclaireurs, à ICI Radio-Canada Première suite à ce voyage. Certains billets et reportages seront par ailleurs publiés plus tard cet hiver et au printemps 2019 dans différents médias.

Deux autres voyages mère-fille ont aussi marqué notre année : Virginia Beach en septembre et la Riviera Maya en octobre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Je ne crois pas qu’il y ait de manière plus douce de se réveiller! . . #sunrise #yoga #visitvabeach #visitezvirginiabeach #sansfiltre

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Pendant l’été, ma fille a par ailleurs décroché un contrat de vidéos pour le Squat, section pour enfants et ados de Télé-Québec. Certaines sont déjà en ligne sur sa chaîne.

2018 en résumé 

  • Janvier : le Sénégal en famille et une trentaine d’heures à Vancouver.
  • Février : un long week-end mère-fille en Outaouais
  • Mars : quelques jours au Lac-Saint-Jean pour visiter la famille.
  • Avril: Boston en famille et l’Aveyron pour le Salon des blogueurs de voyage, et Laguiole, en France
  • Mai : une nuit en solo au Quartier Dix30, à Brossard, pour découvrir le nouveau ALT+ !
  • Juin : retour en France pour aller découvrir des village Huttopia en Ardèche et Rhône-Alpes, long week-end au Saguenay et les Îles de la Madeleine
  • Juillet : l’Irlande, l’Irlande du nord, l’Écosse, Londres, Paris, Annecy et Lyon en train en famille !
  • Août : le Saguenay-Lac-Saint-Jean en train et en navette maritime sur le fjord avec ma fille
  • Septembre : Virginia Beach avec ma fille et Paris avec ma soeur
  • Octobre : une semaine sur la Riviera Maya, au Mexique, avec ma fille
  • Novembre : le Maroc entre copiness-collègues
  • Décembre : à la maison et au Saguenay !

De nouvelles collaborations

En plus d’Avenues.ca, de l’émission de radio Les Éclaireurs, du HuffPost Québec, du blogue d’Air Transat et de celui de Via Rail, j’ai également écrit un article pour Tourisme Plus, j’ai été invitée au Téléjournal de Radio-Canada et j’ai pris part à plusieurs émissions de radio.

Cette année, de belles collaborations ont pris fin (Salut bonjour week-end et le HuffPost Québec), mais de nouvelles, dont l’édition papier de Coup de pouce, qui reste l’un magazines des plus lus au Québec, m’ont franchement ravie. Un numéro hors série portant sur le voyage sera d’ailleurs publié le printemps prochain. Sans contredit l’un des plus beaux projets auxquels j’ai participé cette année !

Sinon, sur le blogue, j’ai publié seulement 33 billets  en 2018. Comme je publie une bonne soixantaine de chroniques et d’articles chaque année sur Avenues.ca et collabore à plusieurs autres médias, c’est déjà pas mal.

Que me réserve 2019 ?

Certains projets vont m’amener à voyager un peu plus loin qu’au cours de la dernière année, mais je compte passer aussi pas mal de temps à la maison. Je souhaite poursuivre la prospection tranquillement, en plus de mener mes projets d’écriture.

Pour le moment, je continue de digérer toute la tourtière ingurgitée en famille ces derniers jours. Joyeuses Fêtes !

Voir cette publication sur Instagram

 

Une dizaine d’heures de train pour terminer l’année était exactement ce dont j’avais besoin après mon sprint de décembre. __________ Pour plusieurs, le trajet Montréal-Jonquière est pénible et interminable à cause des retards fréquents. Pour moi, c’est la durée parfaite pour atterrir tranquillement après une période de rush. Je ne connais rien de plus apaisant que le roulis du train. Ne pas avoir wifi et ne pas capter de réseau de cellulaire pendant une bonne partie du trajet contribue aussi à mon abandon total dans l’instant. J’alterne entre la contemplation du paysage en écoutant de la musique, le visionnement de films, la lecture et les siestes. Une douce période de transition où l’indolence est (enfin) permise. C’est carrément thérapeutique ! __________ Il y aura pas mal de trains au programme en 2019. En fait, je compte carrément en faire la thématique de l’année. Des trains à l’autre bout du monde et des trains d’ici. Des trains rapides et des trains plus lents. Des trains qui m’emmèneront quelque part, mais qui me raconteront surtout des histoires. Des trains-destinations, parce que les traits d’union sont tellement plus qu’un lien entre deux mondes. __________ De super-projets de livres se profilent aussi à l’horizon pour 2019 et 2020. Certains en équipe, d’autres en solo. Un peu de fiction, beaucoup de documentaire et toujours du voyage. Je ressens, plus que jamais, l’envie et le besoin d’approfondir certaines questions. Les livres me donnent l’espace nécessaire pour ce genre d’exploration. Je me sens extrêmement privilégiée de la confiance que m’accordent les éditeurs et les copains-collègues avec qui je travaille. Merci, merci. 🙏🏼 __________ Je vous souhaite à tous de merveilleux moments en famille et entre amis, mais aussi du temps pour vous. Peu importe où mène la route, l’important, c’est le voyage. Joyeuses Fêtes et merci d’être là ! 😘 __________ #train #viarail #rail #Noël

Une publication partagée par Marie-Julie G / Taxi-Brousse (@technomade) le

Vous, votre année ?

Pour lire mes bilans passés : 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Suivez-moi sur TwitterFacebook et Instagram !

Vous pourriez également aimer

2 Commentaires

  • Répondre Itinera magica 29 décembre 2018 - 0 h 57 min

    Un très joli bilan ! Je te souhaite de beaux projets, de nouvelles planètes et beaucoup de joie.

  • Répondre tiphanya 4 janvier 2019 - 14 h 17 min

    C’est tout de même une belle année de balades. Et ce sera un plaisir en 2019 de continuer à te suivre et à découvrir différents coins du monde à travers tes yeux.

  • Répondre à Itinera magica Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :