États d'âme Médias sociaux

Mes (presque) neuf ans sur Twitter

21 mars 2016

Twitter a 10 ans. Alors que tout le monde parle de son déclin, moi, je me rappelle avec nostalgie de mes premières années sur ce réseau, qui reste malgré tout l’un de mes favoris.

Je m’y suis inscrite en 2007, alors que j’étais encore chroniqueuse techno (c’est d’ailleurs à ce moment que j’ai commencé à utiliser «technomade» comme pseudo, mais je n’avais pas pu l’utiliser partout puisqu’un autre journaliste se l’était approprié avant – je me suis jetée dessus dès qu’il l’a abandonné!). Je devais tester ce nouveau réseau comme tant d’autres à l’époque (la plupart sont d’ailleurs disparus). Je n’ai pas accroché tout de suite: après un hiatus d’environ un an, j’y suis revenue, au moment où plusieurs de mes amis s’inscrivaient.

Les mois suivants, j’ai vécu une véritable lune de miel avec le réseau. Nous étions encore peu nombreux à ce moment et les échanges étaient fréquents. Nous partagions librement autant nos états d’âme que des liens intéressants et n’avions pas peur de parler à n’importe qui, célébrités ou pas. Ashton Kutcher a même répondu à un de mes tweets, alors qu’il était de passage à Montréal! C’était la belle époque où Demi Moore et lui publiaient des clichés très intimes. Aussi l’époque des tweet fights Demi et Perez Hilton

Mon premier tweet... Quel scoop! :-D

Mon premier tweet… Quel scoop! 😀

À ce moment, je commençais à peine à réorienter ma carrière vers le voyage. J’ai tissé plusieurs amitiés sur Twitter, aussi étrange que cela puisse paraître aujourd’hui. Facebook était alors surtout réservé aux vieux amis. D’ailleurs, il m’a fallu du temps avant d’accepter des demandes d’amitié de gens que je n’avais jamais rencontré dans la «vraie vie»… Encore aujourd’hui, j’effectue un tri parmi les demandes et j’ai différents niveaux de «privacy» (vive l’arrivée des abonnements aux publications publiques, qui a beaucoup facilité la vie des gens oeuvrant dans les médias qui tentent de garder un semblant de vie privée! J’ai aussi créé une page pour Taxi-Brousse en 2013, pour célébrer les cinq ans du blogue).

Twitter est rapidement devenu mon fil de presse. J’ai suivi plusieurs drames en direct, notamment le tremblement de terre en Haïti et le tsunami au Japon, des élections (merci Barack Obama et, plus récemment, Justin Trudeau) et des événements comme le World Travel Market de Londres (oui, je suis une news junkie et il m’arrive de rester rivée à mon écran en pleine nuit pour ne rien manquer).

J’ai toujours détesté les multiples outils destinés à faire des listes: je préfère nettement «sauter dans le tas». Je lis ce qui s’y trouve quand j’y suis. Il m’arrive aussi de retourner voir les publications de certains comptes, «à la mitaine», et de suivre des discussions par mots-clics.

Depuis 2008, je parcours mon fil Twitter dès que j’ai du temps à tuer: dans les fils d’attente, en mangeant, entre deux dossiers à terminer… Je suis abonnée à de nombreux médias, aux comptes de plusieurs blogueurs et experts voyage. J’y ai déniché plusieurs pistes de sujets pour des reportages et repéré de nombreuses personnes à interviewer au fil des ans. Bien sûr, je m’en sers aussi pour faire la promotion des projets auxquels je collabore et j’adore tweeter en direct des lieux où je me trouve.

Même si, en 2016, je partage beaucoup moins d’états d’âme et me permets moins de séance de délire et de coups de gueule (tout part si vite en vrille aujourd’hui!), je consulte encore mon fil plusieurs fois par jour. Nous avons tous rêvé un jour où l’autre d’être invisible pour pouvoir se poster dans une pièce et observer les gens, n’est-ce pas? Twitter est l’endroit parfait pour réaliser ce vieux fantasme. Combien de conversation ai-je «écouté» sans intervenir? Combien de tweets ai-je décryptés après les avoir combiné à des échanges sur d’autres réseaux? Oui, Twitter est beaucoup plus divertissant que n’importe quel magazine à potins (et une source infinie d’info sur bien des gens).

Bref, même si je regrette la spontanéité et la liberté d’antan (idem pour Instagram: aujourd’hui, y’a que sur Snapchat que je les retrouve), je ne suis pas encore prête à laisser le petit oiseau bleu s’envoler… Et vous?

À lire également: Mon utilisation de la techno en voyage, 30 photographes de voyage à suivre sur InstagramTwitter, une drogue douce, Twitter en travaillantDu virtuel au réelTwitter à TVA, Mes amis les stars.

Vous pourriez également aimer

3 Commentaires

  • Répondre Taxi-Brousse a huit ans! - Taxi-Brousse 25 mars 2016 - 0 h 14 min

    […] lire également: Le grand saut (mon premier billet!), Taxi-Brousse a enfin sa page Facebook, Mes (presque) neuf ans sur Twitter, Les coulisses de la vie d’une chroniqueuse voyage, Taxi-Brousse a six ans!, Bientôt cinq […]

  • Répondre Curieuse Voyageuse 26 mars 2016 - 7 h 42 min

    Clairement Twitter est aussi mon réseau social préféré !
    Je m’y suis “mise” vraiment fin 2012 et m’amuse beaucoup depuis… et j’espère encore pour longtemps!

  • Répondre Alors, Snapchat ? - Taxi-Brousse 3 avril 2016 - 8 h 33 min

    […] Dans l’une de mes autres vies, j’étais reporter et chroniqueuse techno. Si tester des gadgets ne me manque absolument pas, il y a une chose que je continue à suivre de près: l’évolution des réseaux sociaux. C’est mon dada. J’étais sur BEBO dès ses débuts, puis sur LinkedIn, MySpace… Combien de vous se souviennent encore de Google Wave? Oui, je me suis farcis tout ça. Pour Les NerdZ (flashback, pour les curieux: je viens de trouver ce topo que je m’étais amusée à tourner dans les coulisses du tournage d’une des émissions entre les séquences! Coucou les boys!), je me suis inscrite à des tas de réseaux dont plus personne ne parle aujourd’hui. C’est d’ailleurs pour les besoins d’une chronique que j’ai créé mon compte Twitter en 2007. […]

  • Répondre à Alors, Snapchat ? - Taxi-Brousse Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :