Europe Suisse

10 choses que vous ne savez (probablement) pas à propos de Zürich

7 juillet 2014

Zürich
Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de passer 48 heures à Zürich, en Suisse. Une ville que j’ai trouvée absolument charmante (pas seulement à cause du fromage et du chocolat!) et où je n’hésiterai pas à faire escale si l’opportunité se représente. Quelques-unes de mes découvertes.

1- Le  premier restaurant végétarien au monde, HILTL, se trouve à Zürich

resto végé

Limonade au gingembre, repas indien et browniiiiies!

Ouvert en 1898 par Ambrosius Hiltl, ce restaurant immense – j’ai eu du mal à retrouver mon chemin (bon, d’accord, j’ai TOUJOURS du mal à retrouver mon chemin) – accueille une clientèle hétéroclite. Selon l’étage, l’atmosphère est complètement différente. On y trouve un menu à la carte, des plats à emporter, un service de traiteur, un bar-lounge… Le buffet est particulièrement populaire. Un livre de recettes (disponible en français) permet de poursuivre l’expérience à la maison. Quatre générations plus tard, c’est toujours un Hiltl qui est à la tête de l’établissement, Rolf. À noter que les repas végétariens servis à bord des avions de Swiss au départ de Zürich sont basés sur des recettes de ce restaurant.

2- Chaque année, le troisième lundi d’avril, le Sechseläuten est l’occasion de dire «ouste!» à l’hiver!

parade

C’est l’heure du défilé!

Zürich

Le feu, au-delà de la nuée de parapluies, c’est le «böögg» en train de flamber. Je vous jure que j’ai essayé d’aller plus près. J’ai rebroussé chemin après avoir… marché sur un chien. Une foule dense avec bouts de choux et animaux de compagnie!

Lors de cette journée (fériée), les différentes corporations (poissonniers, boulangers… alouette!) défilent dans les rues en habit traditionnels. Zürich, si calme d’habitude, s’anime, peu importe la température. Le cortège se termine par la mise à mort d’un bonhomme de neige géant qu’on appelle le «Böögg». Des paris sont mêmes ouverts pour savoir combien temps il brûlera. C’est l’occasion de dire au revoir à l’hiver et de célébrer l’arrivée du printemps. J’avais l’impression que le tout Zürich était massé dans les rues pour voir l’hiver s’envoler en fumée!

3- La «poutine» des Zurichois? Une bratwurst.

saucisse

C’est la seule photo que j’ai prise pendant cette escale de fin de soirée. Elle démontre très bien dans quel état je me trouvais…

C’est Pierre-Luc qui a, le premier, évoqué notre met national alors que nous dégustions une batwurst – ou saucisse, si vous préférez -, après notre passage au Mascotte, l’une des plus vieilles boîtes de nuit de la ville. À la sortie des bars, on troque ici les frites, la sauce brune et le fromage qui fait «squick squick» pour la saucisse. Selon nos guides locaux, le meilleur endroit pour la déguster est chez Sternen grill. Testé et approuvée par l’auteure de ces lignes après environ deux heures de sommeil en 24 heures et (au moins) sept flûtes de champagne!  (Vous comprenez maintenant pourquoi la seule photo que j’ai prise est aussi nulle – je ne l’ai pas retouchée, ça n’aurait rien donné!). À déguster avec beaucoup de moutarde forte. Miam!

4- On trouve des macarons qui ne s’appellent pas des macarons.

Sprungli

LUXEMBERGLIGOOD

En fait, ce sont des Luxemburgerli. Oui, délicieux. Un de mes favoris parmi ceux que j’ai goûtés chez Spruengli, boutique chaudement recommandée par plusieurs copines gourmandes: vanille-chocolat. Le genre de saveur banale que je n’aurais jamais choisie si la vendeuse ne me l’avait pas fortement recommandée. (Oui, j’ai bien sûr goûté ceux au champagne! Très bon aussi!)

5- La boutique Freitag, dans le très branché Zürich Ouest, est faite de conteneurs empilés.

Freitag

Vous avez probablement déjà vu les sacs Freitag, faits de matériaux recyclés dénichés sur les routes et vendus partout à travers le monde. La boutique originale se trouve en Suisse. Quand on monte tout en haut, une plateforme offre une vue sur l’ancien quartier industriel. Avec ses restos et boutiques sympas, Zürich Ouest reste mon gros coup de coeur du voyage.

6- Le plus haut building de Zürich n’est pas particulièrement… haut.

cocktail3

La Prime tower ne mesure que 126 mètres (pour vous donner une idée, la tour du Stade olympique se trouve à 165 mètres au-dessus du sol).  C’est tout de même le meilleur endroit pour aller boire un cocktail et admirer la ville. La carte des cocktails du lounge qui se trouve au sommet, le Clouds, donne quant à elle le vertige! Le serveur a mis une bonne demi-heure à m’expliquer ce que contenait mon «CLOUD 35» (j’exagère – mais si peu! – j’ai retenu qu’il contenait du vieux rhum, du zeste de citron, de la menthe, de la bière de gingembre). Dans la même tour, on trouve aussi l’Hotel Rivington & Sons, bar rappelant l’époque de la Prohibition (j’adore).

7- À Zürich, l’écologie est un mode de vie.

Les lois en matière de déchets sont très strictes en Suisse. Par conséquent, chaque foyer en produit un minimum (en moyenne un «Züri-Sack» par semaine). Comme la ville a un contrat avec la déchèterie jusqu’en 2015, elle doit acheter des détritus… en Allemagne. C’est du moins ce que je retiens de l’explication de notre guide, Corinne Petit. Comme le relate cet article, les amandes sont salées pour quiconque se risque à mal gérer ses déchets. Chaque foyer est responsable de la livraison de ses déchets d’emballage (lors de l’achat d’un meuble, par exemple) et paie pour la quantité de déchet produite.

8- Oeuvre d’art? Une grue allemande fait la controverse.

grue
grue2

Impossible de la manquer. Cette vieille grue de 30 mètres de haut et de 90 tonnes importée de Rostock se dresse fièrement sur la rive gauche de la rivière Limmat, malgré son allure déglinguée. Installée le printemps dernier, elle a fait couler beaucoup d’encre (et piqué la curiosité du groupe avec lequel je voyageais!) en raison de son look, mais aussi de son prix: 600 000 francs suisses (plus de 719 000 $CDN) ont servi à son érection temporaire. Décrit par plusieurs comme un «tas de ferraille», «l’oeuvre» suscite la controverse depuis… cinq ans. Précisons qu’elle a été «louée» grâce à l’argent public! Il sera possible de la voir sur le Limmatquai jusqu’en février 2014. Pas de voyage à Zürich prévu d’ici là? Pas grave: une webcam vous permet de l’admirer 24 heures sur 24! Si vous êtes curieux, cet article du quotidien Le Temps résume le projet (l’idée derrière l’oeuvre est intéressante – un lien avec la mer – mais j’avoue ne pas être convaincue par le résultat).

9- Les grands vitraux de l’église Fraumünster ont été créé par nul autre que Chagall.

Zürich

Plutôt impressionnant de se retrouver face à ce cycle de vitraux en cinq parties réalisé par l’artiste à un âge avancé. Il est bien sûr interdit de prendre des photos. 😉

10- Une carte permet aux visiteurs de se déplacer gratuitement (entre autres avantages).

Zürich

La Zurich Card, qu’on peut se procurer dès l’arrivée, à l’aéroport, sert autant de carte de métro/bus/tramways que de ticket pour entrer dans les musées. Elle permet aussi d’accéder à d’autres endroits gratuitement, comme des bars.

Bon à savoir:

• Zürich se visite très bien à pied. On réalise rapidement que presque tout est à distance de marche.

• La rivière Limmat et du Lac de Zürich offrent le cadre parfait pour un jogging matinal!

• Si vous volez avec SWISS, selon le type de billet acheté, vous pouvez faire escale à Zürich gratuitement ou moyennant un supplément de 50 ou 100$.

• La blogueuse Laurène Tronchot Philippot habite la Suisse depuis quelques années. J’ai eu l’occasion de la croiser autour d’une bonne fondue au fromage lors de mon passage. Si vous ne connaissez pas déjà son blogue, courez-y! Bien qu’elle vive en Suisse et parle régulièrement de son pays d’adoption, elle raconte ses sauts de puce dans son Carnet d’escapades.

Fondue

De gauche à droite: Laurène, moi, Katerine Sdicu de Kilicom Relations publiques et Pierre-Luc Cloutier.

VilleArbres2

Courir le long de la Limmat: un grand bonheur!

À lire également, quelques billets des collègues avec qui j’ai fait le voyage: Découvrir Zürich en 48 heures (Ève Martel), Où manger à Zürich? (Pierre-Luc Cloutier), 48 hours in Zürich: day 1 (Mayssam Samaha), 48 hours in Zürich: day 2.

J’étais l’invitée de SWISS et de Zürich Tourism (merci!). Nous étions logés à l’hôtel Rütli (très bien situé pour découvrir la ville à pied). Toutes les opinions émises dans cet article sont 100% les miennes.

Vous pouvez me suivre sur TwitterFacebookInstagramGoogle+ et YouTube. Taxi-brousse a aussi une page Google+.

Vous pourriez également aimer

2 Commentaires

  • Répondre Corinne 7 juillet 2014 - 10 h 58 min

    Oh ouiii le Hiltl! Le week-end, il se transforme (parfois?) en boîte de nuit, et les clients du restaurant reçoivent le petit bracelet d’entrée gratuitement. Tout d’un coup on passe à l’étage d’en bas, et wow: y’a plus de restau, il fait tout noir :p
    Quant aux Luxemburgerli, yum yum. Le truc que je ramène toujours à l’étranger depuis l’aéroport (il y a un stand à l’aéroport de Genève)!
    Zürich est ma ville préférée de Suisse! Dommage de vous avoir ratées, toi et Laurène! En espérant vous revoir rapidement toutes les deux!

  • Répondre à Corinne Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :