Canada N'importe quoi Québec Vidéo

Dis-moi comment tu portes la ceinture fléchée et je te dirai qui tu es

2 février 2014

6a00e54f916452883401630125aaa5970d-1

Le 60e Carnaval de Québec bat son plein jusqu’au au 16 février. L’un des éléments clés de la tenue du parfait «carnavaleux»? La ceinture fléchée, bien sûr!

Mais comment cet accessoire intimement lié à notre histoire a-t-il vu le jour? Selon le site des Artisans et artisanes de ceintures fléchée du Québec, son apparition remonte à la deuxième moitié du XVIIIe siècle:

 «Les premières références à la ceinture fléchée datent de 1798 et proviennent d’inventaires de la Compagnie de la Baie d’Hudson. L’évolution de la ceinture fléchée est intimement liée au commerce de la fourrure, puisque des bourgeois, guides et voyageurs pouvaient la porter. […] La ceinture fléchée ne prendra toutefois sa forme traditionnelle “dite de l’Assomption” qu’en 1850. À cette époque, les ceintures servaient à entourer le “capot” des hommes (manteau fabriqué avec de la laine et du lin, un matériau communément appelé “étoffe du pays”) pour conserver la chaleur corporelle, ainsi qu’à soutenir leur dos lors des durs travaux physiques quotidiens. Il faut comprendre qu’à cette époque plusieurs hommes étaient travailleurs forestiers ou coureurs des bois, deux métiers exigeant beaucoup de force physique et une tolérance au froid.»

Populaire durant la première moitié du XIXe siècle, elle a été progressivement délaissée à l’approche du siècle suivant. Plusieurs facteurs ont entraîné sa disparition, notamment le nombre de plus en plus réduit de coureurs des bois. Aujourd’hui, on la tisse surtout à cause du défi que sa confection représente et pour perpétuer la tradition. D’ailleurs, savez-vous combien de temps met la flécherande Yvette Michelin, croisée il y a deux ans au Château Frontenac, pour créer UNE SEULE ceinture fléchée pour Bonhomme Carnaval? Deux cent quarante heures!

«Au cours des années, quelques personnes se sont penchées sur l’origine de ces fameuses ceintures, sans toutefois en arriver à une conclusion, explique le site des Artisans et artisanes de ceintures fléchée du Québec. Dans les années 1940, Marius Barbeau, un grand ethnologue canadien, avait entamé une étude sur l’histoire de la ceinture fléchée, mais il n’arrivait pas à déterminer si elle était d’origine écossaise, française, canadienne, acadienne ou amérindienne. Ce n’est que plus tard, dans les années 1970, que de nouvelles recherches démontreront clairement les origines canadiennes de la ceinture fléchée. En effet, elle représente un mélange des cultures représentées sur le territoire à l’époque: elle tire ses origines d’un savoir-faire d’ici; elle était fabriquée avec des laines d’Angleterre importées par des marchands écossais et souvent tissées par de la main-d’œuvre acadienne.»

Si plusieurs arborent fièrement la ceinture fléchée au carnaval, rien ne nous oblige à la porter à la taille comme Bonhomme! Improvisation libre sur le thème de la ceinture fléchée. Nombre de joueur: un. Durée: 45 secondes (en trichant un peu).

Vous, vous la portez comment?

À lire également: Ma première fois au Carnaval de Québec et 15 faits à propos du Carnaval de Québec.

Vous pouvez me suivre sur TwitterFacebookInstagramGoogle+ et YouTube.

Vous pourriez également aimer

3 Commentaires

  • Répondre Anick-Marie (@globestoppeuse) 2 février 2014 - 18 h 44 min

    Tu t’es vraiment donnée pour ce vidéo ! 😉 La ceinture fléchée est aussi un symbole identitaire pour la nation Métis, qui décerne l’honneur de l’Ordre de la Ceinture Fléchée 😉 Moi je te donne plutôt de Désordre, si tu veux :*

    • Répondre Marie-Julie Gagnon 2 février 2014 - 19 h 07 min

      Haha! Au contraire: c’est vraiment une impro de 2-3 minutes resserrées en 45 secondes! Pour le reste, oui, mais j’ai cru bon “make it short”. Il y aurait eu beaucoup plus à dire… Merci!

    Répondre à Marie-Julie Gagnon Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :