Boulot Canada Dans les médias Plogue(s) Réflexions

Assumons notre «touristitude»!

11 septembre 2012

Ce matin, j’ai fait ma première chronique à l’émission Ça commence bien, diffusée (en direct) à V. Mon sujet: des suggestions d’escapades entre copines. La liste aurait pu être infinie. J’ai eu envie de parler de deux destinations québécoises et d’une ontarienne.

Les spas ont poussé comme des champignons dans la Belle Province au cours de la dernière décennie. Tous ne sont pas égaux, mais plusieurs sont de grande qualité. Au Saguenay, on trouve notamment L’Étnernel, dans les monts Valins. Dans la région, plusieurs choses à faire: randonnées dans les parcs nationaux, ski l’hiver (le spa est à deux pas du Valinouet) et autres activités de plein air. Pour un tourisme plus responsable, la Coop V.E.R.T.E. offre plusieurs forfaits intéressants.

Ma deuxième escale: Mont-Tremblant. Toujours agréable de s’y retrouver, peu importe la saison, tant pour pratiquer des activités de plein air que pour flâner dans le village piétonnier ou aller au spa. Parmi les nouveautés, mentionnons Côté Nord, où il est possible de louer des chalets de luxe. Parfait pour des groupes de copines!

Mon troisième choix: les chutes Niagara. Pourquoi? Parce qu’il faut les voir une fois dans sa vie, mais aussi pour le côté kitsch de la destination. Ultra-touristique, c’est le genre d’endroit où rigoler un bon coup devant les clichés canadiens. Il y a quelque chose de surréaliste à se retrouver sur un bateau en puncho bleu entouré de gens des quatre coins de la planète. J’ai ri aux larmes pendant l’excursion Maid of the myst, tant parce qu’on en sort trempé de la tête au pied qu’à cause des réactions des gens. Près des chutes, on observe souvent des arcs-en-ciel. Tout le monde se retrouve donc avec des tas de photos de Calinours (j’en ai toute une collection)!

Il y a un certain snobisme entourant le monde du voyage. Je ne calcule pas le nombre de fois où j’ai vu des routards parler des «touristes» avec un dédain évident. D’accord, un touriste n’est pas forcément un voyageur. Mais pour moi, un voyageur reste AUSSI un touriste.

Présenter des destinations qui sortent des sentiers battus? Oui, bien sûr, j’adore! Mais soyons réalistes: quand on a seulement quelques jours de congé (ou même une semaine), il est difficile de vivre un «vrai» voyage loin des clichés. Dans ce cas, je préfère les embrasser, moi, ces clichés. Les vivre à fond, avec une bonne dose d’humour. Vive les photos d’ours empaillés et les souvenirs quétaines!

Je prends autant de plaisir à jouer les «touristes extrêmes» qu’à prendre mon sac à dos pour voir du pays autrement. Je suis une touriste «attrapée» consentante.  Ce qui ne m’empêche pas de rêver à mes prochains voyages dans des endroits méconnus d’Asie…

L’important, pour moi, est surtout de ne pas me prendre au sérieux. Après tout, le voyage, c’est fait pour avoir du plaisir, non? 🙂

(La chronique sera bientôt disponible en ligne.)

P.S.: Merci à Pierre-Luc Cloutier pour la photo.

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

Vous pourriez également aimer

3 Commentaires

  • Répondre Frederic Gonzalo 11 septembre 2012 - 10 h 51 min

    Tellement vrai, Marie-Julie! J’aime d’ailleurs beaucoup cette citation de l’auteur Paul Théroux: Tourists don’t know where they’ve been, travelers don’t know where they’re going.
    D’une façon comme de l’autre, c’est l’inconnu qui motive le déplacement et la découverte et, peu importe qu’on soit touriste ou voyageur, l’important demeure la quête de plaisir et d’aventure dans le respect des gens, de l’économie et de l’environnement, les trois piliers du tourisme durable.
    Au plaisir,
    Frédéric

  • Répondre Véro 14 juin 2016 - 15 h 49 min

    Alors nous on avait été à Iguazu et aux Victoria Falls avant d’aller aux Niagara Falls et bien on a adoré. On s’est amusés comme des fous dans les différentes attractions sans en manquer une seule. Et puis ce qui m’a le plus étonnée, c’est que je me suis levée à 6h du matin pour faire un tour et il n’y avait personne. Je me suis demandé comment une chose pareille était possible dans un endroit aussi fréquenté en plein mois de juillet..

  • Répondre à Frederic Gonzalo Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :