Boulot Sur la route Technomade Turquie Une image vaut mille mots

Fascinants derviches tourneurs

11 juin 2011

Parmi les clichés auxquels on pense en évoquant la Turquie, il y a immanquablement ces danseurs qui semblent tourner sur eux-mêmes à l’infini. Cliché peut-être, mais ce n’est pas une raison pour ne pas aller les voir de mes propres yeux (il me fallait absolument observer leurs pieds).

En Cappadoce, le groupe de journalistes dont je faisais partie s’est joint à des touristes des quatre coins de la planète (dont plusieurs Français) afin d’assister à la cérémonie de Semâ, qui «symbolise une ascension spirituelle, un voyage mystique de l’être humain vers le “Parfait”», annonce pompeusement la brochure remises aux touristes.

Dans la même brochure, on peut lire:

Émanant de l’inspiration de Mevlânâ M. Celâleddin-i Rûmi (1207-1273), elle constitue une partie de la tradition, de la croyance et de la culture Turque (sic). D’autre part, la science moderne confirme que la condition essentielle d’existence est de tourner. Il n’y a rien qui ne tourne dans l’univers (oui, mais tout ne tourne pas rond, ai-je eu envie d’ajouter en lisant ce passage). La similitude dans l’existence réside dans le fait que les électrons, les protons et les neutrons des atomes de leur structure tournent. De même l’être humain tourne en compagnie de toutes les choses vivantes ou non, de la plus petite particule à l’étoile la plus éloignée dans l’infinie (sic) du ciel, suivant une règle et un rythme magnifique. Il tourne avec la terre, il vient de la terre et y retourne; son existence continue par le mouvement caché dans les atomes qui forment sa structure.

Cependant l’être humain possède une intelligence qui le rend supérieur aux autres créatures. En tournant, le derviche joint la raison a (sic) la similitude commune, déjà mentionnée, pour son Semâ.

Ça donne presque le goût de s’y mettre, non?

Parlons pieds, maintenant. Oui, je les ai scrutés. Pas une fois, j’en ai vu un faire un faux pas ou même vaciller légèrement (moi, même sans tapis, je me serais pris les pieds dans les fleurs!). Les mouvements sont précis; la cadence, régulière. Ils ne cambrent pas tous la tête de la même manière, mais le rythme reste constant. Pas un n’a semblé sur le point de perdre l’équilibre au moment de s’arrêter, mais deux se frottaient les yeux compulsivement.

J’ai respecté l’interdiction de filmer ou de photographier pendant la cérémonie, moi qui en mourait d’envie (je ne voulais pas être responsable de la chute d’un des tourneurs!). À la fin, les danseurs sont revenus sur scènes quelques minutes, histoire de se laisser mitrailler par la foule. Ma vidéo est donc une successions de flashs et une symphonie de «clics» d’appareils photos (sans compter le fait que j’ai filmé mon iPhone à mon insu, concentrée que j’étais à faire des photos avec Hipstamatic en même temps que je tournais des images – vous avez dit multitâches?). La photo qui coiffe ce billet a été prise avec mon réflex, que je n’ai pas eu le loisir d’ajuster dans tout ce brouhaha.

Je vous laisse donc avec les derviches tourneurs en «Hipstamatic»:

P.S.: Oui, vous avez raison, il était vraiment mignon le tourneur de la photo du haut. 😉

P.P.S.: Je me demande de quoi auraient l’air les mêmes danseurs dans un nightclub? J’aimerais bien les voir sur une planche de surf, aussi… Ou tourner autour du monde façon Matt Harding.

D’autres billets sur la Turquie: Mon royaume pour un loukoum, Un lac rose en TurquieTurquie gourmandeLa Cappadoce en ballon (vidéo), Bulle, envole-toi! (photos), Indescriptible Cappadoce (vidéo), Visite vidéo d’une mosquée stamboulioteMarchands de crème glacée d’Istanbul (vidéo), Impressions d’IstanbulSafran et loukoums à IstanbulSweet Istanbul etMoment parfait.

J’étais l’invitée de Vacances Transat, qui propose un vol direct par semaine vers Istanbul jusqu’au 9 octobre. Pour voir les forfaits offerts, par ici

Pour me suivre sur Twitter, par ici.

Vous pourriez également aimer

6 Commentaires

  • Répondre Lucie 11 juin 2011 - 11 h 57 min

    Cela devait être fascinant et hypnotique…

  • Répondre Sushi 11 juin 2011 - 18 h 18 min

    Et bien, jette un coup d’oeil du côté de Mercan Dédé la belle 🙂

  • Répondre Annabelle Blais 12 juin 2011 - 1 h 24 min

    J’avais manqué les derviches quand j’étais allée en Turquie et je regrette. Est-ce qu’ils tournent au rythme d’une musique où en silence?

  • Répondre à Sushi Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :