Médias sociaux Réflexions Technomade

Humains, les réseaux sociaux

17 février 2011

Je reviens d’une conférence de Jay Baer, consultant en médias sociaux et auteur du livre The Now Revolution. Je l’avoue, je n’avais jamais entendu parler de lui avant. J’avoue aussi que j’attends toujours avec une brique et un fanal ceux qu’on nous décrit comme des «experts en médias sociaux» dans les communiqués de presse… Je dois toutefois admettre que la rencontre était plutôt intéressante, en particulier la discussion qui s’en est suivie avec les autres journalistes présents.

Depuis, je n’arrête pas de ressasser les mêmes pensées. Selon Baer, les entreprises qui veulent bien utiliser les médias sociaux doivent miser sur l’aspect humain. Les gens ont besoin d’un visage auquel s’identifier.

Quelle ironie, tout de même. Plus de techno, mais aussi plus d’humanité. Comme si en se rapprochant du futur, on était en train de revenir à la base. On se parle dans le blanc des yeux… à travers un écran.

Ça rejoint des réflexions que je me fais depuis quelques mois. Mon réseau social a évolué depuis l’avènement des Facebook et Twitter dans ma vie (il y a maintenant près de cinq ans! Il faut dire que je baigne dans la culture Web depuis 1996, moment où je bossais pour le tout premier portail québécois, InfiniT). J’ai tendance à voir plus souvent les gens que je côtoie assidûment dans le virtuel que ceux dont j’ai peu de nouvelles. Question de mode de vie. De proximité, aussi. Twitter et Facebook m’ont permis de me rapprocher de gens avec qui je n’avais pas le temps d’entretenir des liens étroits dans la «vraie vie», mais aussi de rencontrer de nouveaux copains qui partagent mes intérêts. Pour quelqu’un qui a horreur du téléphone comme moi, ça compte.

«Les médias sociaux ont redéfini l’amitié», a répondu Jay Baer quand je lui ai fait part de mes observations. Maintenant que tout le monde peut être notre «ami», sommes-nous en train de révolutionner à nouveau le concept en privilégiant nos réseaux «réels»? De plus en plus d’outils qui misent d’abord sur la confiance envers nos véritables connaissances  (comme Gogobot et cie) font leur apparition. La tendance me semble s’intensifier depuis quelques mois. Jay Baer aussi, l’observe. Inévitable retour du balancier?

En attendant de trouver des réponses à mes millions de questions, je la trouve drôlement fascinante, notre époque. Je prends un plaisir fou à vivre cette révolution de l’intérieur, devenant le rat de mon propre labo. Oui, il m’arrive de penser en 140 caractères… Pas vous?

P.S.: Pour ceux que ça intéresse, le livre que Jay Baer est venu lancer à Montréal a pour titre The Now Revolution (coécrit avec Amber Naslund). Il traite principalement de la transformation nécessaire des entreprises à l’ère des réseaux sociaux. Il a parlé de tas d’autres choses dignes de mention – vous saviez, vous, que Dallas Morning news a été le premier journal à se scooper lui-même en publiant d’abord une nouvelle sur son site Web? C’était en 1996… – mais ma passion, moi, reste comment l’humain est transformé par la techno, et vice-versa. Je lui ai bien sûr posé des questions à propos de l’industrie du voyage. J’y reviendrai.

Vous pourriez également aimer

Aucun commentaire

  • Répondre Marie l'urbaine 17 février 2011 - 22 h 01 min

    Encore quelque chose que nous avons en commun ! MOi aussi, mon réseau d’amitié a changé avec Internet, entre autres parce que je me sens disponible après ttes les tâches du soir quand les petits sont couchés et qu’à cette heure je peux échanger avec plein de gens qui liront quand eux ça fera leur affaire – disons des indécrottables lève-tôt avec qui je trouverais zéro temps pour un coup de téléphone (et je suis devenue comme toi… je n’aime plus le téléphone. Je perds les numéros des gens, je ne rappelle pas. De ttes façons la plupart du temps on se parle sur boîtes vocales interposées. Vive Internet !)

    Et puis cette manie d’associer technologies et perte dm,humanité… J’ai rarement senti autant de solidarité entre amis que depuis que je réseaute sur Internet !

    Je ne pense pas encore en 140 caractères, mais en statuts FB… Ça oui !!!

    🙂

    • Répondre Marie-Julie Gagnon 20 février 2011 - 16 h 42 min

      «J’ai rarement senti autant de solidarité entre amis que depuis que je réseaute sur Internet !» Totalement!

  • Répondre Pierre-Luc 17 février 2011 - 23 h 08 min

    Sur Twitter, je vais rarement suivre une entreprise qui ne m’intéresse pas a priori, à part ceux qui font des concours (et j’unfollow après).

    Mais je peux comprendre ce qu’il veut dire par humain. Ça m’est arrivé que le virtuel soit plus humain que le réel. J’ai envie de raconter:

    Je cherchais des pads pour mettre sur ma batterie de Rock Band pour réduire le son que ça faisait. Je vais sur le site web de Future Shop, ça me dit qu’ils ne sont pas sur s’ils en ont en stock au magasin du centre ville.J’appelle!

    Commis: Futureshop.

    Pierre-Luc: Oui. Je me demandiez si vous aviez des pads pour le drum de RockBand.

    Commis: Non.

    Pierre-Luc: et je me

    Commis: Click! Il me raccroche alors que j’allais lui demander pour u. Aitre produit! Je suis vraiment de mauvaise humeur. Je tweet mon mécontentement en mentionnant le compte Twitter de FutureShop.

    La fille s’est excusée publiquement. Elle est venue me voir en DM, pour me conseiller et tout. Maintenant, je ne fais moins de bruit à Rock Band! =)

  • Répondre MJ Gagnon 20 février 2011 - 15 h 08 min

    Bonjour Marie-Julie,
    Je suis bien contente que tu n’aies pas perdu ton temps jeudi midi. Nous faisons bien attention lorsque nous utilisons le terme “experts en médias sociaux” et aussi lorsque nous invitons des journalistes chez nous. Jay Baer est un spécialiste avec qui nous travaillons depuis 2006 Nous étions heureux de le partager avec les journalistes et nos clients. Si jamais tu veux le suivre de plus près, son blogue est excellent: http://www.convinceandconvert.com. Au plaisir de t’accueillir à nouveau chez CASACOM!

    • Répondre Marie-Julie Gagnon 20 février 2011 - 16 h 41 min

      Merci! Mon commentaire par rapport au terme «expert en médias sociaux» n’était pas dirigé vers vous en particulier. 😉 Nous sommes inondés de communiqués nous présentant de nouveaux gourous… sans parler de ceux qui s’auto-proclament experts! Alors forcément, vient un temps où l’on devient plus critiques face à l’utilisation du terme. Cela dit, j’étais très heureuse de m’être laissée convaincre par mon collègue d’être des vôtres jeudi dernier. 🙂

  • Répondre ratonnedebiblio 1 mars 2011 - 21 h 58 min

    Je suis une rookie non pas parce que je procrastinais mais bien parce que je voyais tous ces gens investir un temps fou dans les médias sociaux et cela m’effrayait. Puis je me suis lancée dernièrement et il est vrai que cela consomme du temps dans une journée, mais si on sait doser, c’est très nourissant puisqu’on échange sur des thèmes qu’on n’aborde pas nécessairement hors du virtuel.

  • Répondre à Marie l'urbaine Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :