Boulot États d'âmes Médias sociaux

420 caractères, ce n’est pas assez

31 janvier 2011

J’allais partager à mon tour cette chronique d’Émilie Dubreuil publiée sur MSN.ca, que plusieurs personnes de mon entourage ont relayée aujourd’hui. J’allais surtout faire une montée de lait à cause de sa chute, en fait. Mais comme Facebook n’autorise que 420 caractères et que mon commentaire en fait 733, je le copie-colle ici:

Intéressant, ce texte que plusieurs de mes amis Facebook ont partagé aujourd’hui, mais la finale me fait vraiment tiquer:

Les gens ne sont-ils pas assez intelligents pour séparer le bon grain de l’ivraie?

Je ne peux m’empêcher de penser «non» quand je constate que le Journal de Montréal en lock-out compte toujours des lecteurs. Et oui, ça me désole vraiment de le penser.

Pire:

Enfin, dans un monde où le corporatisme syndical rend l’accès aux postes de journalistes difficile pour les jeunes, ce qui en force plus d’un à gagner leur vie comme pigiste, a-t-on besoin de renforcer encore plus le corporatisme des idées?

Hey WO! Il y a des gens qui CHOISISSENT de devenir/rester pigistes. Envers et contre tout (et tous).

Cette vision de la pige par dépit me fait chaque fois sortir de mes gonds. (Et oui, je suis chatouilleuse sur la question. Particulièrement en ce moment. Même si ce n’était pas le sujet de la chronique.)

Cela dit, moi non plus je n’aurais pas ajouté de point de vue féministe dans mon topo sur les Juifs…

P.S.: Je précise que je n’ai pas lu les détails de la Commission Payette et que mon commentaire concernait la chronique de la journaliste.

Vous pourriez également aimer

Aucun commentaire

  • Répondre Sylvie Rivard 1 février 2011 - 0 h 05 min

    Tellement d’accord avec toi Marie-Julie!!!

    Sylvie

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 10 février 2011 - 22 h 26 min

    Merci Sylvie!

  • Répondre à Sylvie Rivard Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :