Fragments Livres Réflexions

Écrire un roman

27 février 2010

Certains abonnés semblent monologuer sur Twitter, alors qu’ils réfléchissent en fait «à voix haute», un peu comme je le fais sur ce blogue. Ces réflexions peuvent se transformer en dialogues. Suffit d’oser entrer leur bulle, sans trop faire de bruit…

Échange de «tweets» avec  l’auteur Stéphane Bourguignon, que je n’ai jamais rencontré, mais dont les propos m’interpelaient particulièrement ce 6 février 2010:

S_Bourguignon 6h33: Parfois je tombe dans la fiction comme on tombe dans la lune.

S_Bourguignon 6h37: Ces temps-ci, c’est dans un roman sombre dont le personnage principal est une jeune femme. Pas vraiment d’histoire, surtout un climat.

S_Bourguignon 6h43: Plus je me retrouve là, plus je cherche à y retourner. Jusqu’au jour où je décide d’en faire un roman pour carrément y passer un an ou deux.

S_Bourguignon 6h48: Un territoire sauvage à cartographier et cadastrer. D’abord à vol d’oiseau mais surtout à pied, sinon à genoux. Sur chaque mètre carré.

S_Bourguignon 6h51: Avec des mots comme seuls outils.

mariejugag @S_Bourguignon 7h01: Et il faut combien d’allers-retours avant de se poser un an ou deux?

S_Bourguignon @mariejugag 7h26: Beaucoup, longtemps. Il faut que ça devienne un “sentiment”. Comme quand on revient de voyage d’un endroit qui nous a marqué…

S_Bourguignon @mariejugag 7h28: Le “sentiment” de cet endroit nous habite encore. On a comme des “puff” de ce lieu, on se sent comme si on y était encore.

S_Bourguignon @mariejugag 7h36: Et puis avec le temps, ce sentiment devient une obsession parce qu’il ne vient pas chaque jour, il se laisse désirer.

S_Bourguignon @mariejugag 7h39: Et on sait que si on le cultive, si on le garde vivant, il y aura un roman au bout de tout ça un de ces quatre.

Je ne sais pas s’il sait à quel point il a employé les bons mots. Je suis, depuis, en  perpétuel «état littéraire».

Merci, Stéphane Bourguignon.

Vous pourriez également aimer

6 Commentaires

  • Répondre Cecile Gladel 27 février 2010 - 14 h 58 min

    Voici une des raisons pour laquelle j’aime Twitter. Les courtes rencontres improbables, mini-discussions…et plus…

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 27 février 2010 - 15 h 03 min

    Tout à fait. D’ailleurs, «Voici pourquoi j’aime Twitter» était le premier titre de ce billet! lol

  • Répondre Val. 27 février 2010 - 15 h 11 min

    Je suis… éblouie ! =)

  • Répondre Lyse 27 février 2010 - 15 h 29 min

    J’abonde, j’abonde… et je copie/colle: «Voici pourquoi j’aime Twitter» en ajoutant que j’y suis pratiquement accro…

    Je découvre, j’épie des conversations et j’y trouve pleins d’autres raisons pour procrastiner.

  • Répondre Patrick Dion 27 février 2010 - 15 h 38 min

    Wow! Il échange maintenant?

  • Répondre Etolane 27 février 2010 - 16 h 47 min

    Le meilleur de Twitter qui donne un cool billet! Bon état littéraire MJ! 🙂

  • Répondre à Etolane Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :