Fragments Réflexions

I’m only happy when it rains…

17 août 2008


Taipei sous la pluie, mai 2008

 

La plupart de mes voyages ont été marqués par une chanson ou un album (et pas forcément mes préférés!). Chaque fois que j’entends l’insupportable Saule inconsolable d’Isabelle Boulay, qu’écoutait tous les jours le Québécois chez qui j’habitais à Ouagadougou en 1999, je me revois arpentant les rues de la capitale burkinabè avec ma Canon XL1. Yellow de Coldplay évoque pour moi inévitablement Taipei et son nightlife, tout comme Let’s get this party started de P!nk. La trame sonore du film Run Lola Run a aussi été celle de mes trois jours à Tokyo. 

Je ne peux songer à la Thaïlande sans entendre Pure Shores du groupe All Saint, Porcelain de Moby (je sais: trop cliché, mais j’assume!) et les albums Big Calm de Morcheeba et Clandestino de Manu Chao. À Hong Kong, j’ai écouté en boucle une compil de Jeff Buckley en 2005.  

Ma découverte de Dakar et de la Petite Côte en 2004 s’est faite au son du Sud-Africain Lucky Dube (assassiné l’année dernière – je n’en suis toujours pas revenue) et du Sénégalais Youssou N’Dour. Et Barcelone sans La Cocinera de Mala Rodriguez n’aurait pas été Barcelone…

I’m only when it rains me rappelle mon premier voyage en solo. Je l’ai raconté à plusieurs reprises: c’est en dégustant une gaufre dégoulinante de chocolat sous la pluie à Lisbonne, à 23 ans, que j’ai su que je n’arrêterais jamais de voyager. Encore aujourd’hui, ces moments furtifs d’apparence banals constituent pour moi l’essence même du voyage. Garbage, groupe culte du début de ma vingtaine, est à jamais associé à mon bonheur d’être sur la route. Et à mon amour pour la pluie…

Ajout 18h: Je viens de constater que ce billet est mon 200e!

Vous pourriez également aimer

Aucun commentaire

  • Répondre josianebeaupre 17 août 2008 - 18 h 30 min

    Haaaa oui, la musique et les voyages… Toujours une toune associée à une ville, une gare, une rencontre, une soirée impromptue… Même plusieurs années après, quand ces mélodies ont été mises au rancart, elles nous font toujours voyager en les réécoutant. Pour ma part, Play de Moby restera longtemps dans mes souvenirs de voyage…

    Bon 200e bella ! 😉

  • Répondre Marie l'urbaine 17 août 2008 - 22 h 47 min

    Ah oui ! Le coup de la Madeleine de Proust version village global ! C’est tellement vrai !

    Quel bonheur de lire que tu aimes la pluie ! Ça fait changement. Moi aussi, j’adore…

    Je te nomme ZE blogue dans mon dernier article 🙂

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 18 août 2008 - 2 h 21 min

    Wow! Merci Marie!

  • Répondre à Marie-Julie Gagnon Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :