Boulot Dans les médias Réflexions

Job de rêve

24 juillet 2008

Dans la catégorie «choses que je rêve de faire depuis toujours», ce show de télé en ondes depuis le début de l’année (que je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de voir, étant plutôt loin de mon petit écran avec tout le boulot à abattre) correspond, disons, à 99% de mon concept idéal? 

 

 

Le pitch de Word Travels, produite à Vancouver: suivre deux travel writers dans leurs péripéties à travers le monde. La combinaison de mes deux passions! J’adore l’aspect «coulisses» qui dépeint la réalité des journalistes qui sont sur la route plutôt que d’entretenir le mythe glamour (je ne parle pas ici de voyages de presse pépères, mais bien de la vraie vie on the road à trimer dur pour arriver à tout faire et à régler les mille et un détails logistiques). Et oui, j’ai l’immense prétention de trouver que je ferais un très bon «personnage» pour ce genre d’émission (je vous jure que ce ne serait pas plate!)… Animer une émission de façon classique, en jouant les présentatrices, je ne pourrais pas. Pourrie. Je me connais suffisamment pour savoir que je ne serais pas à ma place (surtout après avoir auditionné à une couple de reprises pour le faire). Trop statique. Mais entraîner les gens dans mille et une aventures rocambolesques, c’est ma spécialité (demandez à ma soeur qui s’est retrouvée coincée en Inde avec moi et qui m’a accompagnée sur les plateaux de Film city, auxquels très peu de journalistes ont accès)! C’est ce que j’aimais le plus quand je travaillais au Petit Journal, à TQS, il y a de cela plusieurs années déjà. Tout essayer. Relever des défis. Donner l’impression au téléspectateur qu’il fait partie de l’aventure. Être complice avec les gens d’un côté du kodak comme de l’autre.

 

Semblerait toutefois que le monde du voyage (surtout du backpacking) n’intéresse pas grand monde au Québec. Alors que je vivais à Taïwan, j’ai essayé de vendre l’idée d’une chronique hebdo ou mensuelle à plusieurs médias (tant écrit que télé), sans succès. J’ai plutôt réalisé des reportages à la pièce (plusieurs pour le cahier Actuel de La Presse et même un pour la défunte émission Le Grand blond avec un show sournois).  J’ai aussi publié un récit de voyage de mes quinze mois d’exil, à force de persévérance. «Les récits de voyage ne sont pas rentables» me répétait-on partout. J’ai vu les portes se fermer les unes après les autres, jusqu’à ce que Mémoire d’encrier m’ouvre la sienne. J’ai dû faire beaucoup de compromis (langage moins populo, style un peu édulcoré et beaucoup moins de pages que je ne l’aurais souhaité pour laisser respirer le livre), mais je ne regrette rien (pas même d’avoir ma face sur le cover! lol). 

 

La vérité? Même si j’ai reçu plusieurs courriels de lecteurs qui se sont identifiés à mes aventures, en droits d’auteur, j’ai encaissé à peine l’équivalent de ce que je gagne comme journaliste pour un texte qui me prend deux ou trois journées de boulot (parfois même moins). Sans compter que j’ai défrayé une partie des frais de promotion de ma poche, puisque je ne crois pas qu’un livre se rende miraculeusement entre les mains des lecteurs potentiels. Alors il est où le problème? La culture du voyage serait-elle à ce point nulle dans mon coin de pays? Mon livre était-il si plate? Manque d’appui à la promo? Suis-je la seule au Québec à me ruer sur les récits de voyage qui sortent en librairie, à trouver qu’il y a trop peu d’ouvrages auxquels les voyageurs québécois peuvent s’identifier? Est-ce moi, le problème? Tous les scénarios m’ont traversé l’esprit.

 

Côté télé, j’ai présenté quelques concepts d’émissions ici et là (avis aux intéressés, j’en ai plusieurs dans mes tiroirs) au cours des dernières années. Ayant un bon bagage comme reporter et chroniqueuse (même si je ne suis pas de celles qu’on reconnaît sur la rue), j’ai cru naïvement que mes idées et mon expérience pourraient m’aider à réaliser mon rêve de partager mes passions pour les voyages et les communications. «Ça prendrait quelqu’un de connu à l’animation», me suis-je fait vertement répondre. J’aurais donc dû devenir comédienne, championne olympique ou chanteuse pop! Comme ça, j’aurais pu faire ce que je veux vraiment dans la vie…

 

Ne vous méprenez pas: j’adore mon boulot et je trouve que je suis arrivée à tirer mon épingle du jeu malgré tout. Parmi les millions de projets fous que j’ai montés, certains m’ont permis d’aller au bout de mes rêves (comme ce Tour du Canada en 31 jours, bien sûr). Mon but n’est pas non plus de rouler sur l’or: je voudrais simplement ne pas avoir à débourser autant de ma poche pour qu’ils voient le jour, tous ces projets (dans le cas du Tour du Canada, j’ai eu la chance de compter sur de précieux commanditaires – Air Canada et la Commission canadienne du tourisme, en l’occurrence). 

 

Je me dis parfois que ma vie aurait été différente si j’étais née en Angleterre, par exemple, où le voyage fait partie des moeurs (plusieurs récits de voyage y sont publiés). Que le Web permet aujourd’hui de faire ce que je voulais faire il y a dix ans (justement: dix ans plus tard, avec une hypothèque à payer et une fille de 21 mois, je ne peux plus claquer mes REER pour partir explorer le monde et «payer pour travailler», même si un site Internet m’assurait la diffusion de mes réalisations). Mais bon. Comme je suis Québécoise, que mes vies de mère et d’épouse me comblent et que j’adore ma langue, c’est en français que je continuerai de sévir, le plus souvent possible en entraînant ma petite famille dans mes aventures. Je ne promets pas que ce sera toujours ici par contre…

Vous pourriez également aimer

14 Commentaires

  • Répondre Gina Desjardins 24 juillet 2008 - 4 h 57 min

    Super billet! Je partage ta pensée à 100%!!!
    Cette émission a l’air trop cool!
    On part une version québécoise?

  • Répondre martinepage 24 juillet 2008 - 11 h 09 min

    C’est vrai qu’il y a un marché limité au Québec pour le “travel writing”, mais crois-moi, l’expérience que tu décris dans le domaine de l’édition s’applique aussi à d’autres genres littéraires. J’ai très envie depuis longtemps d’écrire un roman, mais je sais très bien que c’est un projet qui sera à mes frais, même si je trouvais un éditeur et même si, oh, miracle, le roman en question trouvait un bon nombre de lecteurs. Les mois que je consacrerais à la rédaction m’empêcheraient d’être active ailleurs, et les recettes des ventes éventuelles ne pourraient probablement jamais compenser pour cette perte de revenus. Je dis ça, mais ça ne m’empêchera pas d’essayer. 😉

    Et ce damné “ça prendrait quelqu’un de connu à l’animation”! Grrrr…

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 24 juillet 2008 - 11 h 28 min

    India Desjardins a tenté sa chance avec sa série Aurélie Laflamme et elle parvient aujourd’hui à vivre de sa plume. Mais combien le peuvent (surtout au Québec)?

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 24 juillet 2008 - 11 h 54 min

    @ Gina: je viens de regarder la bande annonce à nouveau et j’en ai les larmes aux yeux tellement c’est ÇA. Exactement le genre d’idées de show que j’essayais de vendre il y a 5-6 ans… (soupir)

    Quant à «partir une version québécoise», s’il y avait une plus grande ouverture du côté des diffuseurs et plus de budget, je te répondrais un OUIIII retentissant!

  • Répondre Poker Room 24 juillet 2008 - 22 h 54 min

    The more you do something, the more it becomes a job and the less you get a buzz out of it. Poker Room

  • Répondre Paula 26 juillet 2008 - 19 h 06 min

    Ce que je donnerais pour qu’il y ait une émission comme celle-là à Canal Évasion plutôt que celles où, justement, “quelqu’un de connu” se retrouve dans des pays magnifiques et ne nous présente que les attraits archi-touristiques et les boutiques de souvenirs! (et ce que je donnerais pour participer à une telle émision!!!)

  • Répondre Cecile Gladel 26 juillet 2008 - 19 h 21 min

    ahh gagner sa vie en écrivant….C’est vrai qu’India s’en tire magnifiquement. Je suis bien placée pour voir ses jeunes fans lors des salons du livre…
    J’ai noté que c’est une bonne idée d’aller en France 😉 Mon à valoir était trois fois celui du Québec….Même en partageant 50-50 avec les Intouchables ! J’ai travaillé autant sur les deux.
    Sinon je suis tellement d’accord pour les animateurs connus, ça m’énerve ce truc autant à la tivi qu’à la radio ! Est-ce qu’on essaye de devenir comédienne nous ? grrrrr
    Mais parlant de Canal Évasion, j’ai un projet avec une amie qui y chemine, je t’en reparle pour la recherche dès que c’est plus concret…..

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 26 juillet 2008 - 19 h 42 min

    @ Paula: Je trouve que certains animateurs connus sont excellents (Geneviève Borne, par exemple, «fite» très bien avec le genre d’émissions qu’elle anime). Ce qui m’énerve, c’est qu’il faille SYSTÉMATIQUEMENT que la personne qui est en ondes ait une bette connue du grand public!

    @ Cécile: Va falloir que tu me refiles tes trucs pour percer le marché français… 😉 Est-ce toi qui a fait les contacts avec ta maison d’édition là-bas ou les Intouchables?

  • Répondre Cecile Gladel 27 juillet 2008 - 16 h 08 min

    Ah Marie-Ju, je n’ai rien fait c’est mon éditrice aux Intouchables qui s’est occupée de tout avec les éditions Michel Lafon. Et en plus, une fille de Cosmo France m’a contacté grâce à mon livre….C’est vraiment un marché que l’on doit apprendre à développer.
    Mais la promo en France est plus difficile car j’étais une pure et totale inconnue. Mais bon il faut commencer quelque part …
    Sauf que si tu as les droits de tes bouquins, pourquoi ne pas les proposer la-bas ? Et même si tu as 50 % comme moi, c’est déjà mieux qu’ici !!!
    Je ne sais pas si Michel Lafon publie des livres sur le voyage, va voir leur site internet et je pourrais toujours te refiler le courriel de mon éditrice la-bas 🙂

  • Répondre Corinne 27 août 2008 - 2 h 06 min

    Bonjour Marie-Julie,

    Je laisse ce petit mot, en passant, pour attirer ton attention sur Muvmedia, que je viens de découvrir un peu par hasard.

    Ce n’est pas exactement le sujet de ton billet ci-dessus, mais bon, on reste quand même dans le thème général: «Des Québécois(es) technomades racontent leurs voyages sur le web, en blogues et en capsules».
    😉

    Ce truc sera diffusé sur TV5 Canada à partir du 21 septembre.

    Résumé du concept: « Müvmédia est une aventure compétitive de 90 jours où quatre Européens et quatre Canadiens francophones, âgés de 18 à 30 ans, parcourent respectivement l’Amérique du Nord et le continent européen et relèvent le défi de concevoir un court-métrage documentaire par semaine. Ces films sont évalués par un jury international, ainsi que par le grand public.
    Ils ont pour tout équipement un ordinateur portable, une caméra vidéo et un appareil photo et doivent réaliser de A à Z, de la conception au montage final, 11 films en 13 semaines. »

    Info sur Libé ici: http://www.voyages.liberation.fr/actualite/muevmedia-la-nouvelle-course-autour-du-monde

    Le site là: http://2008.muvmedia.tv/

    Tu nous diras ce que ça donne, et ce que tu en penses, en technomade pure et dure, et désormais spécialiste des capsules…

    🙂

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 27 août 2008 - 7 h 55 min

    Allô Corinne! Oui, je connais bien Müvmedia. C’est un concept hyper-cool qui aurait été parfait pour moi… il y a une douzaine d’années! 😉

    Tu peux visionner les topos des éditions précédentes sur leur site si tu veux. Il y a de très belles trouvailles à faire. Merci! 🙂

  • Répondre laderoutee 26 novembre 2008 - 20 h 17 min

    “mais je ne regrette rien (pas même d’avoir ma face sur le cover! lol)”
    pfff, nous, dans la collection poésie du même éditeur, notre face est encore plus sur la couverture!! 😉 Faut assumer!
    Je parcours ton blog depuis une bonne heure et je trouve tes articles et ton “train de vie” vraiment inspirants! Ça donne le goût de se lancer dans l’aventure de pigiste malgré tout ce que ça comporte comme dévouement, persévérance et énergie… 🙂

  • Répondre Marie-Julie Gagnon 26 novembre 2008 - 20 h 30 min

    … et manque de sommeil, et soucis financiers et… et… mais t’as raison. Je ne changerais pas de train de vie. Du moins, pas avant que mon chéri ait un bon boulot qui me permettra de me concentrer sur l’écriture de mes futurs romans! 😉

  • Répondre à martinepage Annuler la réponse.

    %d blogueurs aiment cette page :