Amérique États-Unis Voyager en famille

Découvrir Harlem par les papilles

5 mai 2017

En collaboration avec Expedia.ca

Bien que j’aime toujours me rendre à Manhattan, j’avais envie d’explorer d’autres secteurs de la Grosse Pomme. Avec plus de 37% de la population d’aujourd’hui née dans un pays étrangers, notamment en Afrique, en Haïti et en Jamaïque, la thématique de ce long week-end m’est rapidement apparue évidente : le New York multiculturel. Premier arrêt : Harlem!
De Montréal, les options pour se rendre à New York sont nombreuses. Si j’ai eu l’occasion de m’y rendre en avion, en train et en autobus, je n’avais encore jamais filé dans la Grosse Pomme en voiture. Le week-end de la Fête du Canada, l’année dernière, a été l’occasion d’y remédier!
Qui dit long week-end, dit, BEAUCOUP de monde sur les routes. Le modèle de voiture réservé par Chéri n’étant plus disponible, nous partons plutôt en… BMW. J’ai beau n’avoir aucun intérêt pour les bagnoles, j’avoue que côté confort, il y a pire.
Nous arrivons à Harlem juste à temps pour attraper la dernière heure du circuit gourmand que nous avions réservé avec Taste Harlem.
N’ayant jamais pris le temps de me balader dans ce quartier lors de mes précédents voyages, j’avoue que je m’en fais une image un peu caricaturale. À mon grand étonnement, la réalité l’est encore plus !

Harlem

Harlem

Harlem

Harlem

C’est du moins la réflexion que je me fais alors que nous cherchons un stationnement souterrain pour notre « carrosse ». J’aperçois des jeunes aux tenues colorées qui chantent seuls sur la rue, des femmes comme des hommes aux coiffures excentriques, des bonnes sœurs, des ados avec des afros qui roulent comme des fous à vélo sur la ligne jaune… Sommes-nous dans un décor de cinéma ?

Des spécialités sénégalaises à la soul food 

Nous retrouvons Jacqueline chez Lenox Saphire, qui propose notamment des spécialités sénégalaises et américaines. Chéri, originaire de ce coin du monde, est aux anges. Le Thieboudienne, avec poisson, légumes et riz, le comble. Le mafé, espèce de ragoût avec de la sauce aux arachides, s’avère aussi délicieux. Celui-ci est fait avec de l’agneau. Je me régale !

Visite gourmande de Harlem avec Jacqueline de Taste Harlem ! Qui veut goûter le mafé, sorte de ragoût sénégalais dans une sauce aux arachides, chez Lenox Saphire ?

La visite se termine chez Jacob Restaurant, réputé pour son buffet de «soul food», non loin du mythique théâtre Apollo où des stars comme Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Aretha Frankin, Stevie Wonder, Marvin Gaye et The Jackson Five ont été découvertes.
Un peu comme la « soul music », la sould food fait référence à la culture afro-américaine. Elle est notamment composée de riz et de gombo, qui sont arrivés en Amérique en même temps que les esclaves. Chez Jacob restaurant, on sert un mélange de cuisines du Sud des États-Unis, des Caraïbes et de la cuisine continentale.
Rachid Niang a occupé divers emplois avant de devenir propriétaire d’un petit commerce familial. «C’était le mec qui nettoyait les planchers, explique Jacqueline. Après, il a coupé les pommes de terre, puis s’est occupé de la caisse avant de devenir le gérant. Celle qui est devenue sa femme travaillait là aussi. Après avoir occupé tous les emplois, il s’est dit qu’il pourrait lui aussi ouvrir son propre restaurant.» Oui, les histoires qui font écho au rêve américain sont légion à New York…
Parmi toute cette variété de saveurs, que privilégier ? Selon Jacqueline, le combo poulet et gaufre, qu’on trouve un peu partout, est incontournable. J’avoue ne pas être particulèrement fan du mélange…
Lee Lee’s Baked Good, où l’on peut goûter les Regulah, une pâtisserie juive, qu’Alvin Lee concocte à la main depuis plus de 50 ans, fait aussi partie des adresses chouchoux de la fondatrice de Taste Harlem. Plusieurs personnes m’ont par ailleurs vanté le restaurant Red Rooster, où je n’ai pas eu le temps de me rendre lors de ce voyage.

Little Senegal

Il était impensable de quitter le quartier sans explorer davantage Little Sénégal, qui se trouve sur la 116e rue Ouest, entre la 5e et la 8e avenue. Les chiffres diffèrent selon les sources, mais on dit qu’il y aurait environ 20 000 Sénégalais à New York. Le marché africain Malcom Shabazz vend des produits similaires à ce qu’on trouve en Afrique de l’Ouest et il est possible de s’y faire tresser.
Les restaurants typiquement sénégalais ne semblent toutefois pas aussi nombreux que je le croyais. C’est pourquoi le dernier jour, juste avant d’aller chercher la voiture, nous décidons d’arrêter de nouveau chez Lenox Saphire. Alors que Chéri commande un autre Thieboudienne j’opte pour macaroni au fromage et homard, dont m’avait parlé Jacqueline pendant la visite. « C’est le président Jefferson qui a goûté ce plat en Europe et l’a fait faire par ses esclaves une fois de retour au pays, raconte Jacqueline. Il en aurait même fait faire lors d’un repas d’état, ce qui n’avait pas plu à tous…» Des mois plus tard, j’en rêve encore !

Marché

Marché

Thiéboudienne et macaroni au fromage et au homard

Alors que nous nous dirigeons vers le stationnement, un groupe de femmes endimanchées traverse notre champ de vision. Oui, vraiment, jusqu’à la dernière minute, Harlem m’aura donné l’impression de me retrouver dans une scène de film !

C’est dimanche !

En complément

À écouter : ma chronqiue aux Éclaireurs.
À lire : New York et le rêve américain, New York girly, Le New York de Sex and the city et 10 coups de coeur new-yorkais. Si la découverte de Harlem vous intéresse, la journaliste Hélène Clément a publié un reportage dans Le Devoir le printemps dernier.

Cet article a été réalisé en partenariat avec Expedia. Toutes les opinions émises ici restent 100% les miennes.

Suivez-moi sur TwitterFacebookInstagram et Snapchat (@Technomade) !

Vous pourriez également aimer

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :