Asie

Demain, je pars au Cambodge

24 mars 2017

« Pour changer le monde, il suffit de voyager. »

Lors de la conférence de presse de lancement de la campagne Exploration en terres solidaires, Charles Mony, qui a cofondé avec Isabelle Vitté Village Monde, une organisation philanthropique québécoise d’innovation sociale, a résumé par ces huit petits mots pourquoi le voyage prend une si grande place dans ma vie. Changer le monde oui, mais sans prétention ni idées de grandeur. Changer le monde en voyageant, tout simplement.

Photo prise à Phnom Penh en 2002

Je crois fermement qu’aller à la rencontre de l’autre fait de nous de meilleurs humains. Je l’ai souvent écrit : voir du pays a été pour moi une grande leçon d’humilité. En remettant en question mes certitudes, le voyage m’a enseigné à ne jamais rien prendre pour acquis. À ne pas juger, non plus. Pourquoi ma vérité serait-elle meilleure que celle des autres ?
J’aime me faire secouer les puces. Découvrir d’autres cultures m’a appris – et continue de m’apprendre – à regarder le monde sous de nouveaux éclairages. Voir mes « évidences » bousculées m’amène à me repositionner constamment par rapport à mes valeurs. Un peu comme un GPS passant en mode « recalcul » jusqu’à ce qu’il retrouve son chemin quand on dévie de la route prévue.
En s’ouvrant aux autres et à leurs idées, on voit parfois les nôtres osciller. On peut revoir nos positions, ou, au contraire, être conforté dans nos convictions après avoir étudié une situation sous d’autres angles. Chose certaine, le doute et les remises en question ne sont jamais négatifs à mon avis. Ils nous aident à solidifier nos bases tout en apportant la souplesse nécessaire pour mieux résister aux intempéries. Un peu comme le roseau qui plie mais ne rompt pas. Ou la tour Taipei 101, conçue pour suivre le mouvement plutôt que d’y résister pendant un tremblement de terre ou un typhon.

L’impact de nos choix

Ma soif d’exploration m’amène à dépenser pour me loger et me nourrir dans les lieux où je m’arrête. J’aime savoir que les quelques deniers que je dépense ici et là contribuent, même modestement, au bien-être des habitants des contrées que je visite. Comprenez-moi bien : je voyage et voyagerai encore dans des lieux touristiques populaires où mon passage a bien peu d’impact. Mais quand je sais que ma présence constitue un petit plus dans la vie des gens, mon bonheur est décuplé.
Pour toutes ces raisons, j’adhère totalement à la philosophie de Village monde, dont j’ai déjà parlé sur Avenues.ca. Alors quand l’équipe m’a proposé de participer au Défi blogueurs, qui précède l’attribution de dix bourses à des voyageurs âgés entre 18 et 35 ans, je n’ai pas hésité une seconde à m’engager. Pendant des semaines, je ne savais ni où j’irais, ni avec qui, ce qui rendait l’aventure encore plus excitante !

Devant Angkor Wat en 2002

Demain, je pars au Cambodge. Ce pays m’a charmée la première fois en 2002.  Je m’étais à l’époque concentrée sur Angkor, Siem Reap, Sihanoukville et Phnom Penh, évitant les sites commémoratifs du génocide. Je ne me sentais pas la force de visiter ces lieux riches en émotions. Cette fois-ci, je regarderai le passé en face, notamment à S-21 et dans les Killing Fields.
Je m’arrêterai bien sûr dans des localités qui font partie du réseau mis en place par Village Monde, voué à la promotion du tourisme villageois, afin de pouvoir raconter le type d’expérience qu’il est possible d’y vivre. Au programme : Kratie, l’île de Koh Trong et Cheunk Kok. Entre la visite d’un temple, le trajet en bateau sur le Mékong et une balade dans les rizières, je vous promets de vous faire vivre mes découvertes en direct sur les réseaux sociaux !
Ma compagne de route sera Maude Carrier, alias MC Globetrotteuse, avec qui je me suis rendue à Churchill, au Manitoba, l’été dernier. Deux autres duos de blogueurs seront aussi de la partie : Jennifer Doré Dallas de Moi mes souliers et Aurélie Croiziers de Lacvivier alias Curieuse Voyageuse partent pour Madacascar, alors que Jonathan Custeau Le Bourlingueur et Nathalie Schneider d’Espaces mettent le cap sur la Bolivie et le Pérou.

Ce Défi blogueurs marque le coup d’envoi de la campagne Exploration en terres solidaires, qui s’inscrit dans l’Année internationale du tourisme durable proclamée par les Nations Unies. En suivant notre aventure, les candidats âgés entre 18 et 35 ans tentés auront un aperçu de l’expérience qu’ils pourront vivre en décrochant l’une des bourses octroyées par Village Monde, la Fondation Air Canada,  LOJIQ, le CECI et la Caisse populaire Desjardins de Charlebourg et le Club Rotary de Charlebourg. Avis aux intéressés, les pré-inscriptions sont déjà ouvertes !
Créée en 2012, la Fondation Air Canada est aussi impliquée dans le projet. Organisme à but non lucratif, sa mission est d’aider les enfants malade à obtenir les soins médicaux dont ils ont besoin et qui ne sont pas offert dans leur collectivité, en plus de réduire la pauvreté infantile et de réaliser les rêves d’enfants malades.

Vous pourrez suivre les aventures des trois duos de blogueurs-éclaireurs en direct sur les réseaux sociaux grâce au mot-clic #explorationsolidaire. Serez-vous des nôtres ?

P.S.: J’ai pris la photo de la une à Phnom Penh en 2002.
P.P.S. : Le 25 mars, voyagez au Cambodge… à Montréal ! Le Centre d’Histoire & Civilisation Khmères Khemara vous invite au spectacle La Culture sans frontière du Cambodge, d’ici et d’ailleurs de 19 à 22h au Cégep Vanier Saint-Laurent avec, entre autres, danses classiques et musique. Prix : 25$ par adulte et 15 $ par étudiant. Une superbe occasion de s’immerger dans la culture !
À lire également : Souvenirs d’Afrique, Partir seule, la meilleure décision de ma vieCe que le voyage en solo m’a appris.

Suivez-moi sur TwitterFacebookInstagram et Snapchat (@Technomade) !

Vous pourriez également aimer

1 commentaire

  • Répondre Une journée sur le Mékong - Taxi-Brousse 8 avril 2017 - 23 h 11 min

    […] À lire également : Une île cambodgienne où arrêter le temps, Exploration solidaire au Cambodge, Demain, je pars au Cambodge […]

  • Laisser un commentaire

    %d blogueurs aiment cette page :